Santé et beauté
Accueil > Mal au ventre de l'enfant : comment le soulager ?

Mal au ventre de l'enfant : comment le soulager ?

Info & Savoir

Les enfants ont assez souvent mal au ventre, force est de le constater. Pour autant, il ne faut pas toujours s'affoler même si cela engendre forcément souci et inquiétude. tout dépend bien entendu de l'âge ainsi que de l'intensité et de la durée des symptômes. La plupart du temps, des solutions simples existent.

Les maux de ventre concernent les enfants d'absolument tous les âges. Du nourrisson à l'adolescent, il est clair que les origines des douleurs sont forcément différentes.

 




Le plus difficile à soigner est probablement l'enfant qui n'est plus un bébé, mais ne parle pas encore. En effet, avec le bébé ou le nourrisson, les pleurs souvent stridents agissent immédiatement comme une sonnette d'alarme. D'autant que cela se traduit aussi souvent par des vomissements, ou de la diarrhée en couches. L'appel des parents au pédiatre ou au médecin généraliste ne tarde généralement pas.

Pour tous les enfants en âge de parler et de s'exprimer clairement, il est possible de cerner les symptômes et d'avoir une idée de ce dont il peut s'agir. Il est ainsi plus simple de savoir s'il convient de consulter ou pas. Avec les adolescents, voire les jeunes adultes, les maux de ventre sont souvent liés à une alimentation pas toujours maîtrisée, ni très saine. Un abus de boissons alcoolisées, de sucreries en cas de sortie peut aussi expliquer le problème, qui reste alors très ponctuel.

Il n'empêche que le spectre de l'appendicite, voire de la péritonite, celui de l'intoxication alimentaire grave, sans oublier les dangers qui guettent certains petits qui avalent tout et n'importe quoi, peut inquiéter très rapidement les parents.

Les symptômes sont divers. Il peut s'agir de douleurs diffuses, parfois violentes, de vomissements, de selles molles ou de diarrhée, de ballonnements, de gaz, bref, toute la panoplie que l'on peut aussi connaître en tant qu'adulte. Il arrive aussi que de la fièvre se déclare, autant de problèmes qu'il faut savoir interpréter et même parfois deviner chez les plus jeunes et les plus petits.

Quand c'est physique

Il y a de nombreuses maladies qui peuvent provoquer des maux de ventre y compris en tant qu'effet secondaire. On peut cependant citer les principales causes : gastro-entérite, coliques du nourrisson, appendicite, allergie alimentaire, constipation, digestion difficile suite à un abus, survenue des premières règles chez les filles...

Parfois, il s'agit de problèmes plus graves tels qu'une infection urinaire, un parasite, un empoisonnement, heureusement des cas plus rares. Le diagnostic n'est pas toujours évident, y compris pour le médecin qui doit parfois avoir recours à des analyses, des selles par exemple.

Quand c'est psychologique

Au-delà de ces maux bien physiques, il y a aussi les douleurs de ventre d'origine psychologique. On connaît bien l'enfant qui commence à avoir mal au ventre au moment de partir à l'école, tout comme celui qui se précipite aux toilettes avant un examen. Un stress important provoque en effet des angoisses, qui se manifestent parfois en coliques violentes.

Dans le cas des enfants, l'origine du stress est généralement assez facile à déterminer et l'adulte peut alors agir en raisonnant l'enfant, en le calmant et en le rassurant pour qu'il détienne les outils lui permettant un meilleur contrôle. Lorsque l'on a repéré la source de cette angoisse, il est parfois possible de donner un petit calmant à base de plantes, ou de mettre en place une sorte de routine rassurante.

Devant l'inconnu, la première des choses à faire est de ne pas faire manger l'enfant (mais en général, il n'en a pas envie), et lui faire plutôt boire des boissons chaudes sauf dans le cas où l'on soupçonne une appendicite. Dans ce cas, il ne faut rien ingérer du tout avant d'avoir confirmé le diagnostic. En effet, s'il faut pratiquer une intervention chirurgicale, il convient de ne pas avoir mangé auparavant. Une bouillotte chaude (pas brûlante) peut aussi aider à calmer les maux, en particulier s'il s'agit des premières règles.

Dans tous les cas, il est possible de donner du paracétamol, afin de soulager un peu l'enfant. Ou un pansement intestinal (de type Smecta), il faut en effet savoir qu'une simple crise de ballonnements peut être extrêmement douloureuse.

Il convient surtout de faire la différence entre les douleurs violentes, aigües, avec pleurs, et cris s'il s'agit d'un nourrisson, qui doivent entraîner une visite immédiate chez le médecin, voire aux urgences, et les douleurs plus « normales », voire chroniques qui peuvent provenir de spasmes par exemple. Le généraliste peut d'ailleurs proposer certains médicaments assez doux tels que le charbon activé pour agir en cas de crise récurrente.

Il y a des cas où une visite chez le médecin ou à défaut aux urgences peut s'imposer : Lorsque la douleur est décrite en coups de poignard répétés, Lorsque la douleur continue à augmenter, Si l'enfant a de la fièvre, au-delà de 38°C, Si la douleur survient après une chute ou un accident, Si l'enfant est constipé depuis plus de 2 jours ou ne parvient plus à uriner, Si du sang apparaît dans l'urine ou les selles, Si l'enfant a des difficultés à respirer, S'il vomit de façon importante ou répétée, Si l'on soupçonne une intoxication alimentaire, Si l'on revient d'un voyage sous les tropiques.

Dans tous les autres cas, la visite chez le médecin peut souvent attendre. Parfois les maux cessent d'euxmêmes en l'espace d'une journée. Lorsqu'ils se prolongent, il faut alors prendre rendez-vous pour qu'un vrai diagnostic soit effectué.

Il faut savoir que les douleurs abdominales sont fréquentes chez les enfants et dans la plupart des cas, aucune cause grave n'est détectée. Constipation, diarrhée et gaz sont les trois causes les plus courantes. Les urgences portent quant à elles principalement sur l'appendicite ou un intestin obstrué suite à l'ingestion d'un objet. Le cas des allergies est quant à lui généralement connu des parents qui connaissent la marche à suivre.

Rejoignez notre communauté