Santé et beauté
Accueil > S.O.S : je souffre d'apnées obstructives du sommeil

S.O.S : je souffre d'apnées obstructives du sommeil

Info & Savoir

Pour mieux comprendre le Syndrome d’Apnées Obstructives du Sommeil (SAOS), nous avons demandé des explications à notre médecin expert, le Docteur Dany Gzaiel.

Pendant le sommeil, la personne souffrant de Syndrome d’Apnées Obstructives du Sommeil (SAOS) subit un rétrécissement de son pharynx lié à un relâchement musculaire.

 

Cela entraine une circulation d’air plus difficile et un ronflement à cause des vibrations de l’air. Si les voies aériennes se ferment complètement, la personne s’arrête temporairement de respirer : elle fait une apnée obstructive.

 

Un tel événement peut durer 10 secondes ou plus. Il peut être fréquent et se produire jusqu’à plusieurs centaines de fois par nuit. Le sommeil est perturbé sans que le sujet en ait forcément conscience (éveils brefs après chaque apnée).

 

Syndrome d’Apnées Obstructives du Sommeil : dangereux pour la santé ?

Oui, le syndrome d’apnées obstructives du sommeil est dangereux pour la santé. Des études cliniques récentes ont démontré l’existence d’un lien entre le SAOS et l’hypertension, les maladies cardiovasculaires, le diabète.

 

Le SAOS peut entraîner une détérioration de la qualité de vie : somnolence excessive, risque plus élevé d’accidents de la route, altération de l’humeur ou dépression, troubles sexuels.

 

L’apnée du sommeil est aggravée par la surcharge pondérale. On la diagnostique très fréquemment chez les patients obèses et particulièrement dans les obésités sévères.

 


 

Syndrome d’Apnées Obstructives du Sommeil : des formes plus rares

Certaines personnes peuvent présenter des formes plus rares de troubles respiratoires du sommeil mettant en jeu d’autres mécanismes.

 

Le syndrome d’apnée du sommeil central (SASC) : ce syndrome est causé par une défaillance ou une instabilité de la commande respiratoire. La respiration est irrégulière, entrecoupée d’arrêts respiratoires. Parfois elle prend une forme particulière avec une alternance de périodes de grandes respirations et de pauses.

 

On parle alors de respiration de Cheyne-Stokes. Souvent cette forme d’apnée du sommeil est en relation avec une autre maladie, par exemple insuffisance cardiaque, mais cela peut ne pas être le cas.

 

Parfois une même personne peut avoir un SASC et également des apnées obstructives, on parle de syndrome d’apnées du sommeil mixtes.

 

Le cas du Syndrome d’Obésité hypoventilation (SOH)

Ce syndrome beaucoup plus méconnu, concernerait jusqu’à 10 % de la population obèse. On parle de SOH lorsque des patients obèses ne sont plus en mesure de correctement évacuer le jour l’excès de CO2 accumulé pendant la nuit.

 

Pendant leur sommeil, les malades multiplient les arrêts respiratoires, provoquant une diminution de leur taux d’oxygène puis une incapacité progressive à correctement évacuer leur CO2. Cette défaillance de la commande et de la mécanique respiratoire est en lien direct avec l’obésité.


Le SOH est une insuffisance respiratoire chronique qui conduit souvent à des détresses respiratoires sévères. Pour plus d’1/3 des patients le diagnostic est seulement posé à la suite d’une admission en soins intensifs.

 

SOH : l’importance d’un diagnostic précoce

Les principaux symptômes du SOH sont : essoufflement, difficultés respiratoires, maux de tête au réveil, somnolence excessive pendant la journée, peau cyanosée, etc…

 

Un trop grand nombre de malades sont diagnostiqués trop tardivement dans le cadre d’une détresse respiratoire sévère mettant en jeu le pronostic vital.

 

Les différentes pathologies du sommeil

Les principales pathologies du sommeil : les insomnies, le syndrome d’apnées du sommeil, le syndrome des mouvements périodiques des jambes, les troubles de l’hygiène de sommeil, la narcolepsie (trouble de l’état de veille qui se manifeste par des crises brusques et passagères de sommeil).

 

Parmi ces pathologies, le syndrome d’apnées du sommeil est extrêmement courant : il affecte entre 5% et 15% de la population adulte selon l’âge.

 

Syndrome d’apnées du sommeil : la prise en charge doit être rapide

Le syndrome d’apnées du sommeil est une pathologie qui doit être prise en charge le plus rapidement possible par une équipe pluridisciplinaire : ORL, pneumologue, endocrinologue, cardiologue…

 

La mise en route d’une assistance respiratoire nocturne reste le traitement de choix sans oublier la composante mécanique de l’obstruction des voies respiratoires.

 

Celle-ci ne peut être prise en charge que par le médecin spécialiste ORL qui jugera de la nécessité de pratiquer un geste type : radio fréquence, laser ou chirurgie afin d’améliorer la ventilation des voies respiratoires hautes durant le sommeil.

 

Par ailleurs, le spécialiste ORL peut également proposer un traitement par orthèse d’avancée mandibulaire qui permet d’obtenir également de bons résultats.

 

Dans tous les cas, l’avis du spécialiste ORL est nécessaire afin de ne pas sous-estimer la composante obstructive dans le syndrome d’apnées du sommeil.

 

Dr Dany GZAIEL
Chirurgien Cervico-facial et esthétique
92100 Boulogne Billancourt
www.docteur-gzaiel-dany.com

Rejoignez notre communauté