Santé et beauté
Accueil > Se soigner par le shiatsu

Se soigner par le shiatsu

Info & Savoir

Face à la maladie ou aux douleurs, les traitements classiques ne sont pas toujours suffisants. certains patients préfèrent avoir recours à des médecines plus douces, et réserver les solutions médicamenteuses aux cas d'urgence. l'orient et l'asie sont deux sources quasiment inépuisables pour trouver des solutions permettant de se sentir mieux. Zoom sur le shiatsu très en vogue.

Certains sont des adeptes d'un certain type de yoga, des arts martiaux, de la réflexologie plantaire ou de l'acupuncture. Les différentes disciplines pour le mieux-être sont légion, à tel point qu'il est nécessaire d'en tester plusieurs avant de parvenir à trouver vraiment sa tasse de thé.

Le shiatsu attire de plus en plus d'amateurs, aussi est-il temps de se familiariser avec cette discipline. Surtout si vous faites partie de celles qui ne savent pas s'il s'agit d'une gymnastique, de méditation transcendantale ou de médecine traditionnelle.

Le shiatsu est une médecine préventive qui est relativement récente, même si ses racines sont anciennes. Historiquement, le shiatsu est né au début du XXème siècle même si les techniques se sont développées au cours des siècles. Tenpeki Tami fut le premier à écrire un livre avec cette appellation, un nom qui fut par la suite déposé afin de pouvoir vraiment définir la discipline et éviter les dérives.

Evidemment, la seconde guerre mondiale a changé la donne en imposant la médecine occidentale sur le territoire japonais. L'Etat va donc délibérer sur les médecines traditionnelles (l'anma) et créer un diplôme d'état spécifiquement pour celles-ci. Le shiatsu s'est désolidarisé de ce mouvement à l'époque pour créer ses propres écoles, sans diplôme d'état.

 


 

On trouve alors de véritables maîtres en la matière, mais aussi des praticiens qui proposent des modelages en institut de beauté. De nombreuses écoles se sont développées au fils du temps, dont celle de Namikoshi, qui n'existe aujourd'hui que dans les écoles d'Etat.

 

Ce shiatsu est le plus répandu au monde, il a intégré des éléments de chiropraxie. Parmi les autres on peut citer les shiatsu Masunaga, Yin, macrobiotique, etc. Il y a eu beaucoup d'évolutions au fil du temps Le shiatsu a été désigné comme « médecine non conventionnelle digne d'intérêt » par le Parlement Européen en 1997. Au Japon, le ministère de la Santé l'a défini comme « une technique utilisant les doigts et les paumes des mains, pour exercer des pressions en des points déterminés, avec l'objectif de corriger des irrégularités de l'organisme, de préserver et d'améliorer l'état de santé ».

En France, il s'est surtout popularisé depuis une quarantaine d'années. On retrouve des grands organismes sous formes d'associations qui rassemblent des praticiens :

- La Fédération française du shiatsu traditionnel,

- La fédération nationale du shiatsu,

- L'Institut français de shiatsu (Michel Odoul)...

Le massage shiatsu n'est pas un acte médical, ni un massage, il a pour but d' apaiser et calmer, redonner une bonne vitalité le matin, redonner confiance par un meilleur mental, lutter contre les insomnies, dénouer les tensions, en particulier dans le dos ou les cervicales.


Le shiatsu est aussi utilisé par les personnes qui arrêtent le tabac, afin de contribuer à les détendre et calmer leur stress. Il est particulièrement apprécié des Japonais qui le pratiquent au sortir du bureau assis sur une chaise. Dans ce cas, il porte essentiellement sur les épaules et la nuque, la tête, et le dos, car il se pratique à travers les vêtements. Les pressions exercées doivent débloquer l'énergie des zones musculaires contractées.

Les séances sont généralement de 45 minutes, maximum une heure, sur un tapis de sol, un futon, ou une table de massage. Il n'est pas nécessaire de se dévêtir même s'il vaut mieux porter des vêtements peu épais. La pression des doigts se fait le long des méridiens d'acupuncture. Il faut normalement de 4 à 5 séances pour parvenir à un bon résultat.

Le déroulé de la séance est classique : une conversation permet de faire connaissance, de savoir où se situent les douleurs, connaître l'hygiène de vie. C'est ce que l'on nomme le bilan énergétique, il peut être plus ou moins détaillé. Le praticien utilise ses doigts et ses paumes, parfois ses coudes. Les pressions peuvent être fortes, il ne faut donc pas craindre ce genre de gestes. Mais il n'y a pas de manipulation comme en ostéopathie. Le tout se déroule en silence. La séance débute par le ventre ou le dos et doit être complète. Il est habituel de terminer la séance par de profondes respirations et étirements.

Comme toujours avec les médecines asiatiques, la technique est intimement mêlée au mental. Il s'agit en effet d'agir sur le corps et rétablir une bonne circulation de l'énergie, tout comme le fait l'acupuncture, dans le double but de se sentir mieux physiquement et moralement. Le tarif est évidemment variable, entre 40 et 70 euros, non remboursés par la Sécurité sociale. Il est donc possible de consulter lorsqu'on le souhaite sans passer par son généraliste.

Si le shiatsu est utilisé en tant que prévention, en Occident, il arrive souvent que les patients se décident à essayer parce qu'ils ont déjà mal quelque part. Le réflexe de la prévention est bien moins fort chez nous que chez les Asiatiques.

Il n'existe pas de contre-indication, les femmes enceintes peuvent aussi se faire masser, en particulier dans le cadre de la préparation à l'accouchement. Elles sont généralement assises, si les autres positions sont inconfortables, et il n'y aura pas de pression sur certains points spécifiques. Les enfants et personnes âgées peuvent aussi consulter sans souci.

Les praticiens ont cependant le droit de refuser s'ils pensent qu'il y a un problème, ce qui est rare. Il arrive de refuser des patients qui sont en cours de traitement de chimiothérapie, s'ils sont particulièrement fragiles, ou des cas spécifiques comme les personnes souffrant de problèmes psychiatriques importants. Et bien entendu, il n'est pas possible d'agir sur des cas de lésions ouvertes, des inflammations, ainsi que des malformations graves.

Rien ne vient prouver l'existence de ces fameux méridiens que l'on retrouve dans toutes les thérapies asiatiques. Ils sont supposés correspondre aux organes du corps humain. On convient en théorie que le passage des méridiens reste libre afin que l'énergie puisse circuler sans obstacle. Si ce n'est pas le cas, cela peut provoquer douleurs, fatigue, et maladies. L'objectif est donc une sorte de déblocage généralisé permettant de revenir à un bon état de santé général ou plutôt d'empêcher que le blocage se forme.

Selon la médecine chinoise, et la japonaise qui s'en est inspirée, l'énergie vitale du corps suit des canaux précis, et de plus ces canaux sont interconnectés. En résumé, il y aurait donc 12 méridiens relié à des organes ou viscères, mais aussi huit méridiens indépendants que l'on qualifie « d'extraordinaires ». Les grandes techniques telles que l'acupuncture, le qi gong, le kung fu et d'autres ont pour but de rétablir ou préserver l'équilibre entre ces méridiens.

Il ne faut pas oublier qu'il s'agit d'une médecine traditionnelle et préventive. Ce qui signifie que si l'on souffre de certains maux en particulier, parfois chroniques, il convient de consulter son généraliste et ne pas négliger la médecine occidentale. Le praticien de shiatsu sera d'ailleurs à même de conseiller son client. Il est possible d'agir sur un mal de dos, de procéder à une relaxation en profondeur, de se sentir mieux globalement. Pas question pour autant d'aller au-delà.

La FFST Les praticiens en shiatsu affiliés sont certifiés à l'issue d'une formation théorique et pratique d'une durée minimale de 500 heures réparties sur 3 années minimum d'études réalisées dans des écoles agréées par la FFST, ils doivent respecter le code de déontologie.

France shiatsu

La Fédération nationale de shiatsu, propose des stages, ainsi qu'une liste d'écoles affiliées permettant de choisir un programme en fonction de certains thèmes : esthétique, détente, apprentissage au diagnostic énergétique, formation pour diplôme de praticien... Les études conduisant au certificat professionnel sont de deux ans minimum sans oublier la rédaction d'un mémoire de synthèse.

L'institut Français de shiatsu

Il propose également des formations à différents niveaux, palier par palier. Pour les professionnels qui souhaitent recevoir en cabinet, il faut suivre les trois cycles dans leur intégralité.

Bien entendu, l'efficacité dépend des compétences du praticien. Il faut connaître parfaitement les positions des points et des méridiens, mais aussi et surtout savoir doser la pression, la difficulté majeure. C'est la raison pour laquelle la formation est forcément longue. On ne peut s'improviser praticien en shiatsu après avoir fait une formation de deux ou trois jours. Enfin dernier point, il est important de consulter quelqu'un avec qui l'on se sent à l'aise. Si l'on préfère une femme, il faut suivre son inclination. De même, il faut qu'il y ait un bon feeling. Rien n'oblige le patient à rester si le spécialiste ne lui plait pas, car il faut être en confiance.

Avec le shiatsu, comme parfois avec la réflexologie plantaire ou les massages thaïlandais, une seule séance n'est pas suffisante surtout si l'on fait la séance alors que l'on est déjà assez mal en point. Il arrive même que l'on se sente un peu perturbé après la première séance, car le corps est en train de travailler. Mais cela passe rapidement. On ne ressent pas ce genre de désagrément lorsque la séance a lieu vraiment en prévention.

Comme pour l'acupuncture, il y a de véritables adeptes qui mettent surtout en avant les bienfaits en matière de relaxation. Même si les femmes sont les premières à s'intéresser au shiatsu, les hommes qui consultent aiment dire que s'il n'est pas facile de laisser ses soucis au bureau, il est par contre assez aisé de les laisser sur le futon.

Pour ce qui est des problèmes de dépendance au tabac ou l'alcool par exemple, le shiatsu est une aide véritable à condition de ne pas y aller une fois en passant. Comme beaucoup de médecines douces, le shiatsu aide le traitement principal à être efficace, ou plus exactement à être mieux supporté, la trithérapie est un exemple. Mais il ne faut pas s'y méprendre, il ne permet pas de guérir de ces maladies.

Les habitués insistent aussi sur le fait que le shiatsu travaille en profondeur et que de ce fait, il arrive que certains traumatismes réapparaissent, non pas physiques, mais psychiques. Certains ont envie de pleurer, rien de grave, car c'est pour mieux se sentir ensuite.

Retrouver l'énergie vitale est l'objectif principal pour libérer les « trop plein ». Penser à une bonne circulation des énergies est plutôt crédible, même si cela est assez exotique pour les Occidentaux. Bien que le drainage lymphatique ait un objectif similaire : celui de faire circuler la lymphe et mieux drainer les toxines en facilitant leur élimination.

Il faut savoir qu'il existe aussi du shiatsu de simple détente, différent de celui qui aide à vraiment se maintenir en bonne santé. Ces shiatsu n'ont aucune visée thérapeutique et sont généralement pratiqués dans les instituts de beauté ou les centres de bien-être. Idem pour les massages d'un quart d'heure dans les lieux publics. Cela est bien agréable, notamment au niveau du cou et des épaules, mais il ne faut pas en attendre des miracles. Un moment pour soi qui permet de se détendre tranquillement. Il existe enfin des techniques pour pratiquer le shiatsu sur son propre corps. A vous de choisir !

Rejoignez notre communauté