Santé et beauté
Accueil > Comment soigner la déprime

Comment soigner la déprime

Info & Savoir

Plus de 60 % des Français se disent fatigués. L'asthénie touche toutes les classes d'âge avec en tête les jeunes et les actifs. En hiver, nous avons tous de bonnes raisons d'être moins en forme : la reprise après les fêtes, le climat plus froid, les jours moins longs, l'absence d'ensoleillement... quand ce ne sont pas carrément la déprime ou le stress.

La déprime se menifeste par de la nervosité, de l'irritabilité, de l'insomnie, de la fatigue, des migraines, de l'anxiété ; parfois même par des formes plus graves : ulcères de l'estomac, infarctus du myocarde, hypertensions...

 



Deux systèmes principaux interviennent dans ces réactions.

 

Le système nerveux : sa stimulation aboutit à la sécrétion d'hormones, les catécholamines, et notamment de l'une d'entre elles, l'adrénaline. Cette réaction est très rapide et assez brutale.

Le système endocrinien : au cours d'une réponse beaucoup plus lente, il sécrète de la cortisone. La mise en oeuvre de ces deux systèmes suscite des réactions cardio-vasculaires, digestives et métaboliques. Les manifestations cardio-vasculaires se caractérisent, en particulier, par une accélération de la fréquence cardiaque et une augmentation du débit sanguin.

Le stress aurait une action sur les mécanismes de défense de l'organisme, les ressources immunitaires. Des études montrent que des individus fortement stressés (décès du conjoint, chômage,...) présentent une baisse significative, dans le sang, des lymphocytes, les cellules chargées de produire les anticorps. C'est pourquoi le fait d'être stressé rend plus fragile aux infections. Vous pouvez le remarquer facilement sur vous-même : lorsque vous êtes mal dans votre peau, vous attrapez plus facilement une grippe, une angine ou une sinusite. À l'inverse, si vous êtes en pleine forme, vous ne serez pas affecté par les infections virales, même si tout le monde, autour de vous, est malade.

La fatigue peut se manifester par des symptômes très variables. Souvent l'on désigne ainsi une impression générale de tristesse et d'épuisement, sans pouvoir définir exactement ce dont on se plaint. Mais, parfois, on présente des symptômes qui peuvent être ceux de la fatigue sans qu'on le sache soi-même.

Les symptômes les plus fréquents de cet état sont :

 

Troubles musculaires : douleurs des muscles, crampes, tremblements, baisse de la résistance à l'effort ;

Troubles du sommeil : difficultés à s'endormir, insomnie ou hypersomnie, sommeil agité ; Troubles intellectuels : diminution du rendement intellectuel, difficultés de concentration, troubles de la mémoire et de l'attention ;

Troubles sexuels : diminution ou perte du désir sexuel, baisse de l'activité sexuelle, impuissance ou frigidité ; Troubles digestifs : diarrhée, constipation, modification du comportement alimentaire, spasmes intestinaux ;

Troubles du caractère : irritabilité, hyper émotivité, baisse de l'initiative, difficultés relationnelles, intolérance au bruit, anxiété, tristesse, pessimisme, démotivation ; Troubles somatiques : gorge serrée, palpitations, troubles visuels...

Comment identifier une vraie déprime ?
Les troubles du sommeil sont souvent le premier souci qui se déclare. En fait, ils ne sont évidemment pas toujours annonciateurs d'une déprime ou d'une dépression, heureusement. Des tas de personnes dorment mal et souffrent d'insomnie en étant simplement de mauvaise humeur ou en permanence fatiguées, sans pour autant avoir de véritables baisses de moral. Attention donc, il s'agit d'un point à surveiller, mais ce signe à lui seul ne suffit pas à diagnostiquer une dépression.

Le manque de dynamisme et de motivation sont aussi révélateurs. La personnalité change, tout devient difficile, les moindres changements deviennent des montagnes à déplacer, cela est très lourd à porter pour la personne et pour son entourage direct quand elle en a un. Tout le monde y compris la personne concernée, aura tendance à incriminer le manque de sommeil ou la fatigue du travail ou les vacances trop éloignées.

Mais en fait, il faut commencer à se poser des questions. Une baisse de moral peut être momentanée, et elle est toujours liée à un événement déclencheur. Dans le cas de la dépression, ce manque d'activité, cet espèce de ras-le-bol de tout peut survenir ainsi du jour au lendemain. Avoir envie de rester couché y compris dans la journée est classique, le désintérêt pour le travail ou pour les choses du quotidien est courant.

Autre symptôme concomitant avec les deux premiers ou l'un des deux, la personne devient irritable, souvent de mauvaise humeur, en train de râler pour tout et n'importe quoi. Tout lui devient en fait insupportable, aussi les raisons de s'énerver sont fréquentes, trop fréquentes. Le problème est que là encore, difficile de mettre cela sur le compte d'une maladie dépressive. Après tout, il arrive à chacun d'entre nous de s'être levé du pied gauche. Il faut donc être attentif aux autres et à soi-même lorsque nous sommes fatigués, déprimés, désagréables avec les autres et mécontents avec nous-mêmes. L'autodiagnostic n'est pas évident, mais il est bon de pouvoir s'arrêter ou alors d'aller consulter pour vérifier ce qui se passe, ou en parler à quelqu'un de confiance.

 



La saison concernée est évidemment l'hiver, voire l'automne jusqu'au printemps. Cette dépression existe bel et bien et peut être plus ou moins marquée. Les symptômes sont identiques, et vont donc jusqu'à une certaine incapacité à mener à bien ses activités habituelles. Ne pas confondre avec la petite déprime qui s'installe avec le mauvais temps et qui ne vous empêche nullement de vaquer à vos occupations, même si vous vous sentez plutôt de mauvaise humeur.

La dépression saisonnière est donc bien également une maladie dans laquelle par rapport à la dépression classique, la diminution de la lumière et du jour semble jouer un rôle relativement important. Elle est traitée de la même façon que la dépression non saisonnière, mais aussi par la photothérapie. Ces séances (non pas d'UV mais de lumière) semblent rebooster le moral. Mais cela ne fonctionne qu'en complément du traitement global. Si ces séances vous suffisent, autant vous dire qu'il ne s'agissait que de déprime hivernale.

Sachez qu'il est pourtant possible de ne pas se laisser submerger par la déprime et d'apprendre à y faire face. A vous de vous orienter vers les solutions les plus adaptées à ces coups de blues passagers ou aux états dépressifs durables. Des conseils et des exercices ciblés existent pour prendre de bonnes habitudes et agir plutôt que subir : médecines douces, relaxation, hygiène de vie... toutes ces méthodes sont les bienvenues pour surmonter vos petites ou grandes baisses de forme.

Rejoignez notre communauté