Santé et beauté
Accueil > Pour ou contre la médecine esthétique ?

Pour ou contre la médecine esthétique ?

Info & Savoir

La médecine esthétique a beaucoup fait parler d'elle récemment. Il semblait que ce soit la panacée pour toutes celles qui ne souhaitaient pas se lancer dans la chirurgie. récemment pourtant, la plupart de ces techniques a été remise en cause au nom du principe de précaution. Difficile d'y voir clair dans ce débat où les médecins semblent pourtant soutenir les pratiques existantes. un point s'impose donc.

De très nombreuses femmes souhaitent vieillir d'une belle façon, intellectuellement mais aussi physiquement. Or, même si nous avons chacune un capital génétique différent, l'âge finit par avoir prise sur nous, de façon plus ou moins égale...

 



Nous réagissons de façon personnelle à cette attaque des années ; certaines feront avec et aimeront garder l'aspect naturel du poids des années ; d'autres préféreront lutter et engager des actions plus ou moins lourdes pour freiner les blessures du temps.

Tout dépend aussi de la façon dont ces traces de vieillissement se manifestent. Certaines ne supporteront pas de voir apparaître les taches de vieillesse du décolleté, d'autres de voir leurs paupières se friper, les rides du lion durcir leur expression... Chacune d'entre nous est libre de réagir comme elle l'entend, mais nous sommes de plus en plus nombreuses à ne pas souhaiter nous résigner purement et simplement. Et si la médecine esthétique a autant de succès, c'est aussi parce que le scalpel, l'anesthésie ou les ratés nous éloignent de la chirurgie.

Quel âge avons-nous ? Hommes ou femmes, nous n'avons pas toujours l'âge de nos artères, mais celui qui reste gravé dans notre cerveau ! Or, celui-ci semble avoir un certain retard au niveau de l'information, car nous sommes nombreuses à nous surprendre à nous sentir plutôt plus jeunes que nous ne le sommes en réalité. Pourtant, la bataille contre l'âge est peine perdue, année après année les anniversaires défilent. Pour autant, la démarche d'amélioration de notre physique est aussi celle de la recherche du bien-être. L'objectif est de se sentir mieux.

Car il ne faut pas nier que pour les femmes, la pression existe dans certains métiers au niveau professionnel, plus que pour les hommes. Il convient donc de « faire plus jeune ».

Mais cela est aussi affaire de comportement : une mère qui s'habille en minishort, dernières compensées à la mode et tee-shirt Abercrombie en compagnie de sa fille de quinze ans ne laisse pas vraiment à cette dernière le loisir de prendre sa place d'adolescente. Quand bien même le corps reste toujours impeccable, nous avons une place dans la société, un rang dans la famille que nous devons occuper. Mieux vaut se vêtir de cette façon lorsque nous sommes avec nos « vieilles » copines ! Rester jeune oui, prendre la place de nos enfants, non ! Avoir recours à des méthodes de médecine, voire de chirurgie esthétique, est donc une affaire de tolérance. Chacune est libre de « gérer » son corps comme elle l'entend. Les régimes, le sport, les soins sont des décisions personnelles.

Les femmes européennes cherchent aujourd'hui des soins de rajeunissement naturels et harmonieux, permettant de donner un petit coup de jeune, d'avoir l'air reposée, sans que cela ne soit trop évident. Il y a eu une véritable réaction contre les techniques chirurgicales ayant tendance à imposer les mêmes canons esthétiques à toutes les femmes : seins proéminents, bouche soit disant pulpeuse mais proche du canard... Les chirurgiens ont donc revue leur copie et la médecine esthétique devient de plus en plus populaire. D'où les inquiétudes de certains organismes de santé...

Le vieillissement se fait de façon naturelle : les cellules ne se régénèrent plus au fur et à mesure de leur destruction. En réalité, le mouvement est en marche dès la trentaine d'années passée. La conséquence est l'amincissement du derme avec formations de rides et ridules, aspect flétri... Les radicaux libres se forment, l'oxydation est en marche. Limiter les expositions solaires et bien hydrater sa peau permettent de ralentir le mouvement. Pourtant, selon le CNRS, la peau est génétiquement programmée pour une durée voisine de 150 ans, mais cet honorable centre ne garantit pas l'état final !

Les radicaux libres sont des « atomes ou molécules qui ont gagné ou perdu un électron » devenu instable. En cherchant à se stabiliser, le radical libre se propage menant à un stress oxydant impliqué dans certaines maladies comme l'arthrite ou la cataracte, ainsi que le cancer. Heureusement, nous avons les antioxydants qui viennent nous aider à lutter contre ce phénomène : les enzymes et vitamines, sans oublier les crèmes hydratantes. Avec les années, le combat devient de plus en plus inégal.

Au niveau de la peau, c'est le collagène qui souffre en premier lieu. Une étude du CNRS met en avant l'action positive que jouent certaines algues et micro-algues pour lutter contre cette dégradation. Les recherches continuent cependant sur le sujet, car l'action négative des oxydants n'est peut-être pas si globale qu'on ne le pense, et ils sont même utiles dans certains cas. Nous ne sommes donc pas encore vraiment totalement informées sur leurs rôles précis.

Rejoignez notre communauté