Psycho et Sexo
Accueil > Peut-on tout partager avec ses collègues de travail ?

Peut-on tout partager avec ses collègues de travail ?

Info & Savoir

Les collègues de travail représentent une partie importante de notre vie. Dans certains cas, il arrive que l'on passe plus de temps avec eux qu'avec notre compagnon, même si les activités sont évidemment différentes. Et si l'on vit seule, ils deviennent parfois les personnes avec lesquelles on échange le plus dans la journée. Oui, mais où se situe la limite ?

Avoir de bonnes relations avec ses collègues semble évident. Travailler dans une atmosphère conviviale est réconfortant et agréable. La hiérarchie ne dirait pas autrement. D'ailleurs, ce point de vue semble d'autant plus d'actualité aujourd'hui. En effet, des sociétés telles que Google ou Apple mettent en avant leur très forte compétitivité, mais aussi l'ambiance décontractée qui y règne. Employés en open-space, proximité avec le patron, tout est fait pour travailler en brainstorming et optimiser la communication.

 

Les statisticiens calculent parfois le temps que les humains passent à dormir dans une vie, ou à rire pendant une journée. Mais connaît-on le temps passé avec ses collègues pendant une année. Sept heures par jour, voire plus, cinq jours sur sept, hormis les vacances, cela compte évidemment. Et même beaucoup ! D'autant qu'à cela s'ajoutent parfois les pots, les déjeuners dans le restaurant d'entreprise, des formations et séminaires. Autant dire que cela représente un grand nombre d'heures, quel que soit le niveau hiérarchique que l'on occupe.

 



De vraies amitiés
Il est donc normal que de véritables amitiés se forment, ou tout simplement des sentiments amicaux. Cela va parfois jusqu'à l'apparition d'inclinations amoureuses, et plus si affinités. Difficile dans ces conditions de ne pas se laisser aller peu à peu à des confidences, à s'intéresser à la vie des uns et des autres, professionnelle comme privée. Parfois des clans se forment, après tout, il est normal de ne pas ressentir les mêmes inclinations pour tout un chacun.

La vie professionnelle est stressante, et si l'on tend à se reposer sur ses amis ou son partenaire de vie, il n'en reste pas moins que l'on passe plus de temps avec ses collègues. Un réseau se forme. Il n'est pas rare de nouer des relations au travail, puis d'en inviter certains, de sortir avec eux au restaurant et/ou en boîte, ou de connaître leurs familles. Il arrive que l'on se retrouve au club de gymnastique ou sur un court de tennis. Cela va plus rarement jusqu'aux vacances, mais pourquoi pas un week-end ou au moins quelques soirées ?

 

Des rapports cordiaux
Difficile cependant d'être ami avec tout le monde. Les atomes crochus ne fonctionnent pas avec tous. Et c'est souvent là que le bât finit par blesser. Si dans la vie, tout le monde accepte que les amitiés soient sélectives, au travail, les jalousies sont parfois exacerbées par les rapports qui s'exercent au niveau purement professionnel.

 

Car même s'il ne s'agit pas de rapports hiérarchiques à proprement parler, tout le monde n'est pas exactement au même niveau. Pour que l'ambiance reste bonne, il faut donc à tout prix que les rapports et échanges restent cordiaux. Pas si facile !

Quid des liens hiérarchiques ?

Avec la hiérarchie, il est traditionnellement déconseillé de tisser des liens amicaux. Pourtant cela arrive bien entendu, et même de plus en plus si l'on parle de cette nouvelle génération Y qui semble quelque peu allergique à l'autorité et a des rapports plus décontractés avec les patrons.

 

Et pourquoi pas ? Car l'important est de parvenir à ce que ces relations soient détendues avec tous. Sinon, on retombe dans l'ancien schéma créateur de tensions : la création de passe-droits et de problèmes assurés. Ne pas faire de privilégiés n'est pas simple, et il y a parfois un petit parfum de retour à l'école atmosphère « chouchou de la maîtresse ».

Il n'est d'ailleurs pas rare que la direction des relations humaines change d'équipe une personne qui est promue. Une précaution peu nécessaire lorsque l'avancement se fait à l'ancienneté, mais parfois bienfaitrice pour que la personne prenne vraiment son poste sans avoir à se préoccuper d'anciennes amitiés. Ainsi, un commercial terrain nommé chef de région prendra normalement ses nouvelles responsabilités dans une nouvelle zone géographique avec une autre équipe. Cela lui permettra de déployer ses ailes sans se sentir aucunement gêné par les relations et amitiés nouées précédemment.

Tout partager ?

Parler à ses collègues de la pluie et du beau temps, partager de petits soucis de santé, ou évoquer le sujet de la prochaine réunion, ne prêtent pas à conséquence, cela va sans dire. Mais au fil du temps, il est extrêmement difficile de ne pas aller plus loin. Des confidences finissent par s'échanger, rien de bien extraordinaire. Mais il est aisé de comprendre que tout ne peut être évoqué avec ses collègues, même amis. Car la relation professionnelle vient fausser une partie de la relation, ou du moins la biaiser.

Parler de ses enfants, pourquoi pas ?

De son mari, cela est déjà plus risqué. Des autres collègues, du supérieur hiérarchique, du patron de l'entreprise, de la dernière venue, de sa nouvelle voiture, du lieu de ses vacances... autant de thèmes que l'on finit par évoquer le temps passant, ou sur lesquels on peut être interrogée ; mais attention, tous sont susceptibles de se transformer en pièges !

Autre sujet à éviter par principe : la politique
Difficile me direz-vous en cette année électorale et en vue de futures échéances. Pourtant, il est plus sage de ne pas toujours avouer ses préférences, à moins d'être certain d'avoir des opinions communes ou que la tolérance règne autour de soi. Car la compréhension n'est pas toujours la qualité première dans ce domaine et cela peut avoir des conséquences inattendues.

Des relations qui s'enveniment et voici que l'atmosphère s'en trouve totalement changée. Jusqu'à parfois provoquer des démissions ou des demandes de changement d'affectation. Cela n'est donc nullement négligeable. Les professionnels du recrutement et les responsables des ressources humaines le savent. Ils doivent fréquemment gérer des soucis relationnels de ce type, même si le premier réflexe est de ne pas s'en mêler, du moins tant que cela ne nuit pas à la qualité du travail collectif et de chacun.

Qu'on le veuille ou non et quand bien même l'atmosphère est bonne, tout ne peut être partagé entre collègues pour la simple raison que le lien professionnel introduit un facteur supplémentaire qui ne peut être négligé et peut donc rejaillir à n'importe quel moment.

Tout peut très bien se passer, même amicalement, mais il suffit parfois d'une remarque du supérieur hiérarchique, ou d'une confidence confiée sous le sceau du secret qui finit par être colportée dans tous les bureaux pour que la situation change du tout au tout. Cela est très courant, et sans vouloir être paranoïaque, la prudence est de mise. Cordialité et convivialité sont les maîtres mots, cela va souvent plus loin, mais il faut garder à l'esprit que toute relation plus profonde sera forcément différente dans le cadre du travail.

Rejoignez notre communauté