Jardin
Accueil > Mettre en place ses bulbes printanières

Mettre en place ses bulbes printanières

Info & Savoir

Nostalgiques de vos magnifiques tulipes et de vos discrets crocus qui ont fané au mois de juin ? Commencez à préparer le printemps prochain avec encore plus de flamboyance, grâce aux bulbes à floraison printanière.

 

Les bulbes de printemps, ou bulbes «vivaces», savent être patients, ils attendent les conditions favorables pour grandir et élancer leurs tiges vers le soleil.

 


 

Une bonne disposition de ces plantes dans le jardin, c'est l'assurance de voir fleurir de magnifiques massifs rayonnant de couleurs qui annoncent les premiers jours du printemps. Mais attention, c'est aussi une science très précise, qui requiert de l'organisation et une attention particulière.

 

Nombreux avantages

Les bulbes à floraison printanière représentent une grande variété de plantes, et les fleurs parmi les plus colorées en font partie : tulipes, crocus, jacinthes, narcisses et jonquilles sont de cette famille. Ils sont très facilement conservables. Vous pouvez donc les stocker en dehors de la terre, en attendant la bonne période pour les planter, et cela pendant pendant un long laps de temps. À la seule condition de ne pas les garder dans un espace trop chaud et humide.

Vous avez la possibilité de les disposer et de les déplacer à votre convenance. Un avantage non négligeable pour ceux qui ne savent pas encore quelle organisation donner à leur jardin. Prenez donc le temps de la réflexion pour vos compositions florales, mais c'est surtout en étant bien au courant des modalités de plantation des bulbes que vous allez réussir à leur faire passer l'hiver.

 

Quand planter ?

Pour être sûr d'avoir une belle floraison au printemps, les bulbes doivent être mis en terre avant que la température ne baisse trop. En France, selon les années, cela signifie généralement à la 2ème ou la 3ème semaine de septembre, avant que le sol ne gèle. Mais si aucun signe de refroidissement ne se fait sentir au-delà de cette période, attendez la limite maximale de fin novembre pour les planter.

 

Sachez bien faire la différence entre les espèces, elles ne fleurissent pas forcément à l'unisson. Les premières éclosions concernent les perce-neige et les muscaris suivies des jacinthes et des tulipes. Avec ces dernières, vous obtenez une floraison généreuse jusqu'au mois de juin. Toutefois, avant de pouvoir profiter de ce spectacle, il faut vous intéresser à bien d'autres détails, sous peine de ne rien voir fleurir au printemps...

 

Votre imagination

En anticipant la floraison des bulbes printaniers, vous pouvez vous laissez aller à de sublimes compositions florales. Jouez avec les couleurs et les hauteurs qui sont quasiment infinies.

 

Chaque espèce présente différentes colorations et surtout des périodes d'épanouissement qui peuvent varier. Imaginez-vous la sortie des discrets perce-neige en février, subjuguée par une déferlante de couleurs vives 1 mois plus tard, lorsque fleurissent les majestueuses tulipes aux mille teintes.

 

Pour un impact visuel très fort, vous pouvez resserrer à l'extrême vos bulbes, vous obtenez ainsi un sublime parterre de fleurs. La distance minimale entre les vivaces ne doit pas être inférieure à 8 cm, mais vous avez la possibilité de mélanger les variétés.

 

Détails a ne pas négliger

L'emplacement des bulbes de printemps implique quelques contraintes. Bien qu'il soit possible de les placer aux quatre coins du jardin (gazon, rocaille, en massif, en bordure...), ou de la maison (pots, terrasse...), il faut tenir compte de la variété de la plante. Les plus petites, comme les perce-neige et les muscaris, doivent être placées, de préférence, à des endroits bien visibles et dénudés pour être mis en valeur.

 

Pour les espèces plus hautes, on les préfère à l'arrière des massifs ou des bordures. Généralement, la majorité d'entre elles adore les coins ensoleillés du jardin, mais n'ayez pas peur pour autant de les mettre dans des lieux semi-ombrageux. La qualité du sol est aussi très importante, un bulbe vivace ne va pas germer s'il est exposé à des conditions de froid et d’aridité trop importantes. Les parties du jardin où l'eau reste en surface, pendant l'hiver, sont donc à éviter, sauf si vous prenez les dispositions nécessaires. En cas de sols trop pauvres en nutriments, utilisez abondamment du terreau et du compost.

 

Enfin, dernière précaution, en plantant les bulbes : la profondeur de plantation. Idéalement, la profondeur du trou est égale à 3 fois la hauteur du bulbe. Si vous évaluez mal cette distance, vous risquez d'avoir des graines complètement gelées en hiver ou grillées en été.

 

Riches associations de bulbes

Mettre en place ses bulbes de printemps peut demander une certaine approche artistique. Associez par exemple vos plantes à d'autres espèces qui prennent le relais, lorsque celles-ci arrivent au terme de leur floraison.

 

Les espèces bulbeuses peuvent être associées à des variétés de vivaces attirées par le soleil. Mais dans bien des cas, mariez ces bulbes printanières à des bisannuelles, comme les pensées, les myosotis, les giroflées, les pâquerettes qui sont en dormance pendant les mois froids. Le fait de réfléchir à leur association par duo garantit à votre jardin des paysages encore plus beaux, changeants et durables. Osez même les combiner avec des herbes aromatiques (romarin, basilic...).

 

Une autre idée lumineuse peut être de placer des plantes à bulbes dans votre maison, au milieu de vos plantes vertes (amaryllis, crocus, narcisses, tulipes et jacinthes), pour rehausser les tons de votre intérieur.

 

Conseil du jardinier

Lorsque vient le moment de mettre en terre vos bulbes printaniers, n’hésitez pas à mettre un peu de tourbe ou du sable (5 à 7 cm) au fond du trou. Vos graines auront ainsi les pieds au sec pour tout l'hiver.

 

Rejoignez notre communauté