Auto & Moto
Accueil > Comment vendre une voiture d'occasion

Comment vendre une voiture d'occasion

Info & Savoir

Si les professionnels de l'automobile se révèlent les acteurs incontournables du marché des véhicules d'occasion, la vente de particulier à particulier ne cesse de croître. Mais pour s'improviser bon vendeur, il faut proposer la voiture dans son état optimal afin de créer une relation de confiance avec la clientèle. La transaction est donc soumise à de multiples impératifs. Stop Arnaques vous donne les astuces pour réaliser une bonne opération.

Plus de 1 Français sur 2 vend sa voiture sans passer par les services d'un professionnel de l'automobile. Lorsqu'un automobiliste souhaite acquérir un véhicule neuf, les remises consenties par les concessionnaires sur les anciens véhicules s'avèrent une solution de premier ordre.

 

Pour les ventes de particulier à particulier, de nombreux critères sont à prendre en considération pour effectuer une transaction en toute sérénité. Pour s'affranchir d'éventuelles responsabilités juridiques en cas de défaillances du véhicule, le vendeur se doit de le remettre à neuf et de respecter de multiples démarches, de l'ébauche de l'annonce aux documents administratifs à compléter.

 


 

Si Internet s'avère un outil propice pour dénicher d'éventuels acquéreurs, la prudence reste de mise du fait de nombreuses arnaques constatées.

Vendre votre véhicule après des années de bons et loyaux services nécessite de redonner un second souffle à celui-ci, facteur déterminant pour faciliter la future transaction.

Soigner l'apparence

Un rétroviseur cassé, une odeur de tabac froid empestant l'intérieur, un enjoliveur manquant... autant d'éléments susceptibles de rebuter une clientèle soucieuse d'investir dans un véhicule d'occasion.

Une voiture propre et bien présentée confère au vendeur l'image d'un propriétaire consciencieux et respectueux.

 

 

Un nettoyage complet de la carrosserie s'impose d'emblée.

Repérez les microrayures imputables aux griffures de clés sous les poignées de portière ainsi que les parties où la couleur s'est ternie suite à des stationnements prolongés dans des zones ensoleillées. L'usage d'un shampoing lustrant et d'un coup de polish sur la carrosserie redonne à la peinture son éclat d'autrefois et gomme les imperfections. Néanmoins, il n'existe pas de solutions miracle, ces produits atténuent les rayures mais ne les feront jamais disparaître. Pour les altérations plus conséquentes, les professionnels de l'automobile proposent des produits «efface-rayures» ou des stylos de retouche adaptés à votre gamme de véhicule. Une opération délicate réservée aux bricoleurs les plus aguerris.

Le nettoyage de l'habitacle

En dehors de l'aspect extérieur de la voiture, l'habitacle est observé scrupuleusement par le futur acquéreur. Il ne s'agit pas de dissimuler les défauts mais de présenter un véhicule nettoyé en profondeur. Après avoir minutieusement dépoussiéré via l'aspirateur, vidé les cendriers et lavé les vitres, pensez à retirer les tapis de sol élimés ainsi que les housses de siège usées.

 

Nul besoin d'acheter des nouveaux modèles si les tissus sont vierges de toutes taches ou autres brûlures de cigarettes. Pour les sièges en tissu, de nombreux aérosols sont commercialisés en grande surface. Veillez à bien répartir le produit sous peine d'abîmer les sièges. Pour ceux en cuir, optez pour des produits qui hydratent la matière et testez la réaction du cuir dans une partie peu visible avant l'utilisation complète.

Le remplacement des accessoires

Logiquement, un véhicule d'occasion mis en vente se doit d'être irréprochable en termes d'équipements. N'hésitez pas à contacter votre garagiste ou à vous rendre dans une casse pour vous procurer les pièces manquantes. D'une manière générale, ces réparations s'avèrent simples et vous pouvez les effectuer vous-même.

 

Enjoliveur, baguette de protection, coque de rétroviseur, voire écusson de la marque sur la calandre... autant d'éléments susceptibles d'être dénichés à petits prix. Internet fourmille de sites spécialisés destinés à acquérir à moindre frais les objets manquants. Les pneus nécessitent une attention toute particulière. N'hésitez pas à les changer même s'ils sont peu usés. Car si les frais atteignent en moyenne 100 € et plus, cette dépense se révèle indispensable pour les vendeurs soucieux d'éviter tout litige lors de la cession du véhicule.

L'entretien courant du véhicule

Un effort particulier doit être consenti sur l'entretien de la voiture. Vidange, remplacement des filtres et des bougies ou vérification des niveaux... autant d'éléments à ne pas négliger surtout si la vente se précise. Faites vérifier et équilibrer les freins, les amortisseurs et rotules de direction et n'oubliez pas la vidange de la boîte de vitesses.

 

Enfin, un contrôle technique de moins de 6 mois est obligatoire si vous entendez céder votre véhicule âgé de plus de 4 ans. Conservez l'ensemble des justificatifs et des factures attestant des entretiens ou des réparations financées. Un gage de confiance supplémentaire et grandement apprécié des futurs acheteurs.

La vente d'un véhicule requiert professionnalisme et la plus grande vigilance. Nos conseils pour céder votre bolide sans risques inutiles.

Les concessionnaires : des acteurs majeurs

En France, plus de 430.000 voitures sont vendues annuellement sur le marché de l'occasion. Avec plus de 60% des ventes réalisées, les professionnels de l'automobile sont les acteurs incontournables de ce secteur d'activité. Une solution de facilité pour les personnes peu enclines à démarcher elles-mêmes la clientèle.

 

En contrepartie, la somme récoltée auprès des professionnels s'avère souvent moins conséquente qu'une transaction opérée de son propre chef. une annonce séduisante Comptez un budget moyen de 200 € pour les annonces diffusées dans les journaux spécialisés. Vous devez y indiquer impérativement le prix, la marque et le nom du modèle du véhicule, la motorisation (carburant, cylindrée et puissance), l'année de la première mise en circulation et le kilométrage aussi précis que possible.

 

La transparence est de rigueur pour la description générale de la voiture, n'hésitez pas à signaler les éventuels accidents ayant entraîné des réparations et à notifier le dernier bilan du contrôle technique (moins de 6 mois).

 

Et pour cause, en vertu des articles 1641 à 1649 du Code civil, la responsabilité juridique du vendeur est engagée lorsque le véhicule vendu comporte des vices cachés qui affectent sa performance globale. N'utilisez pas des formules floues qui induisent en erreur l'acheteur sous peine d'être accusé de publicité mensongère ! Enfin, l'annonce doit comporter vos coordonnées téléphoniques ainsi qu'une belle photographie.

Internet accélère les transactions

En matière de voitures d'occasion, Internet s'avère un outil de plus en plus incontournable. Plus réactif, ce support facilite les transactions : en moyenne, les annonces publiées sur la Toile sont 2 fois plus consultées que les versions papier. De nombreux sites proposent soit de publier des annonces gratuitement, soit d'assurer la prestation de services supplémentaires en échange d'une somme comprise entre 15 et 30 €.

 

Un succès qui appelle une grande vigilance car de nombreuses arnaques y prospèrent. Méfiez-vous des acheteurs très pressés, prêts à acquérir le véhicule sans l'avoir approché et qui proposent des règlements par virement bancaire. Exigez un chèque de banque et contactez la banque pour vous assurer de la solvabilité de l'opération.

Le juste prix

Souvent, les annonces qui ne trouvent guère preneur proposent un tarif trop élevé. La cote d'une voiture d'occasion est soumise à de multiples critères, notamment la cote argus du véhicule définie selon le kilométrage annuel moyen et l'année de mise en circulation.

 

La valeur de l'auto doit prendre en compte les options disponibles, son état général et les éventuelles réparations conséquentes entreprises. Plus celui-ci souffre de défauts rédhibitoires, plus son prix sera revu à la baisse. Une fois l'annonce publiée, patientez quelques semaines. Sans réel contact avancé, renouvelez la publication de l'annonce et révisez le prix de vente à la baisse.

La check-list du vendeur

La vente se précise, place aux démarches administratives. Après avoir notifié la date et le lieu de la vente sur la carte grise, barrez-la une fois le paiement effectué. Délivré par la préfecture, le certificat de situation, qui assure qu'aucun vendeur à crédit n'a inscrit de gage sur le véhicule, est obligatoire. Enfin, le certificat de cession est à remplir après le paiement intégral.

Rejoignez notre communauté