Psycho et Sexo
Accueil > Vous ne tombez jamais amoureuse. Pourquoi ?

Vous ne tombez jamais amoureuse. Pourquoi ?

Info & Savoir

Peut-être faites-vous partie de ces femmes qui ont du mal à être amoureuses, ou avez-vous une amie qui a déjà fait cette constatation. De quoi se poser des questions quant à la normalité de sa psychologie sentimentale. Résultat d'expériences décevantes, méfiance quant au genre humain, difficulté à lâcher prise... pourquoi est-il si difficile de s'attacher profondément ?

Avant de parler de blocage, encore faut-il s'entendre sur la définition de l'expression « tomber amoureuse ».

Vous avez dit « amoureuse » ? Lorsqu'une femme vous dit qu'elle ne parvient pas à être amoureuse, elle parle généralement de sentiments relativement violents, tels que coup de foudre, passion échevelée, tachycardie et tutti quanti. Et non pas d'une relation apaisée avec un homme.

 



Tomber amoureuse dans leur bouche, c'est véritablement être totalement bouleversée par l'être aimé, obsédée par lui, avoir la sensation d'être plus vivante, sans oublier une vie sexuelle hyperactive animée par un désir dévorant. Cette notion du tout ou rien, de l'amour passion est celle qui est imposée par les images que nous donne la société via les films, les oeuvres écrites, voire les commentaires de « copines » qui cherchent plus ou moins à vous prouver que leur vie sentimentale est « absolument merveilleuse », tant sentimentalement que sexuellement. Mais l'amour prend des formes multiples. Certaines ne connaissent pas cet emballement des sentiments, ou du moins ne le connaissent plus depuis des années. En effet, on peut s'inquiéter à 18 ans de ne pas être amoureuse, sous-entendu « comme les autres », mais il est un peu tôt pour entrer en psychanalyse !

La réponse qui vient immédiatement aux femmes est : « je n'ai pas rencontré le bon ». Une explication assez simpliste. La plupart des femmes qui n'ont pas ressenti cet emballement des sentiments ne vivent pas seules pour autant et parviennent à entretenir des relations durables avec leurs partenaires. Mais certaines ont le regret de cet amour vanté par les poètes et les écrivains et qui donne la sensation d'être une héroïne.

Nous avons toutes envie de vivre des amours exceptionnelles. Après tout, nous sommes quelque peu conditionnées pour y croire. La collection « Mais qui sans amour Existe ? » (Serge Gainsbourg)Harlequin a ses adeptes, les comédies romantiques sont nos préférées, et les chansons d'amour du type « Ne me quitte pas » ne peuvent que nous toucher. Inutile de s'appesantir plus avant sur le mythe bien connu du prince charmant, mais le fait est que le rêve du couple formant les deux moitiés idéales d'un tout nous poursuit pendant de longues années. Le fantasme de l'amour absolu est présent, même s'il s'avère que dans la réalité, ce type de relations est plutôt destructeur. Si certaines femmes connaissent cet amour un peu immature, d'autres ne le connaîtront jamais dans leur vie, et ce n'est pas forcément un mal. Les raisons en sont diverses et ne sont pas liées au hasard des rencontres.

Les personnalités qui ont le plus de difficultés à s'abandonner sont celles qui sont en contrôle permanent. Difficile pour elles d'envisager la perte de contrôle, sauf dans des cas extrêmes. Le sexe peut constituer une exception dans cette absence de lâcher prise. Se laisser aller à la passion, c'est aussi perdre la maîtrise des événements, mais aussi et surtout la sienne.

Ce lâcher prise d'un genre particulier est très mal vécu lorsque l'on a pour ambition d'être irréprochable, parfaite. Pour celles qui regardent de temps à autre la série télévisée « Desperate Housewives », le personnage de Bree est un exemple caricatural de la femme qui veut toujours garder la main et ne laisser personne avoir le moindre pouvoir sur elle. Ce type de femme craint qu'en se laissant aller, elle se mette en danger. Ce qui peut être le cas d'ailleurs. On trouve effectivement dans certains drames conjugaux des exemples de femmes qui se sont laissées aller totalement à la passion, à tel point que cela se termine tragiquement. Il suffit de penser à ce qui est arrivé dans le couple Bertrand Cantat et Marie Trintignant pour se douter qu'il n'y avait pas là préméditation, mais une passion telle qu'elle a fini par tout ravager.

Ces cas ne sont heureusement pas si nombreux, mais ils existent, car sans aller jusqu'à la mort, certaines femmes ont commencé à être battues en vivant sur ce registre de passion fougueuse où toutes les normes disparaissent. Entre le désir de rester maîtresse de soi quelles que soient les circonstances et le laisseraller total sous l'emprise d'un homme, il existe bel et bien un monde dans lequel toutes sortes d'amours peuvent s'exprimer à des degrés divers.

Les femmes qui s'inquiètent de ne jamais tomber amoureuse ont parfois un passé qui explique en partie cette particularité. Elles ont été dans un passé proche ou dans leur enfance, abandonnées. Parfois, vraiment abandonnées par leurs parents ou l'un des deux parents, mais ont souvent subi des abandons divers qui peuvent être le décès précoce d'un parent, d'un fiancé ou une rupture difficile et brutale.

Des événements qui les ont tellement marquées qu'elles ne peuvent plus envisager l'amour avec la même liberté qu'auparavant. Ces cicatrices sont toujours présentes, vivantes, et resurgissent dès que quelqu'un s'approche de trop près. Il arrive en fait parmi ces profils que non seulement la femme ait tendance à ne pas vraiment se laisser aller dans la relation, mais aussi qu'elle ferme vraiment la porte. Au figuré évidemment, mais les solitaires ont parfois vécu ce qu'elles ont ressenti comme un véritable traumatisme, et elles ne veulent revivre cela à aucun prix, quitte à souffrir de solitude.

Il arrive d'ailleurs que le premier profil (la femme maîtresse d'elle-même et de ses pulsions) soit justement celle qui cède finalement à une folie amoureuse. Or, lorsque cela arrive et se termine mal, la rupture laisse une trace indélébile. A la souffrance de cet abandon s'ajoute la honte de ne pas avoir maintenu le cap et d'avoir cédé. Elles regrettent leur attitude et se promettent généralement de ne jamais plus se retrouver dans cette posture.

« Les grandes brûlées de la passion amoureuse » ont un réflexe de survie qui est celui du repli. Comme dans un combat en règle, la personne qui a beaucoup souffert, va faire tout ce qui est en son pouvoir pour que cela ne se renouvelle pas. Elle regardera donc du haut des défenses des renforts invisibles qu'elle a créés toute nouvelle tentative d'approche de la part d'un autre homme. On comprendra donc que les amours qui se présentent ensuite ne peuvent pas donner lieu à l'amour passion, même si les relations peuvent en fait évoluer de façon très satisfaisante pour le couple.

Cette attitude défensive est classique, et donne lieu à un certain type de comportement qui peut varier en fonction de son tempérament. La plupart seront froides vis-à-vis de futurs prétendants, certaines décideront de ne plus avoir de relations sexuelles, tandis que d'autres s'investiront à fond dans d'autres parties de leur vie : les enfants, la profession. Plus rarement, certaines se lanceront au contraire dans une consommation effrénée de liaisons sans lendemain.

Que faire ? Il est évident qu'arrive un moment où il faut savoir rétablir l'équilibre à moins de devenir aux yeux de tous aigrie, agressive par excès de méfiance et finalement malheureuse. Il faut souvent une intervention extérieure pour que la prise de conscience se fasse. Il peut s'agir d'une discussion de fond avec une personne que l'on respecte. Ce sont aussi parfois des événements anodins qui permettent de changer la donne. Etre sans arrêt en maîtrise de son côté émotionnel est nocif à la longue et freine tout épanouissement personnel. Le grand danger est de décider dans l'urgence « Plus jamais », sans jamais revenir sur ce qui s'est vraiment passé, par peur de réveiller de vieilles souffrances. Comprendre pourquoi l'on s'est jetée à corps perdu dans une relation amoureuse, comment la rupture a eu lieu permet de reprendre pied. Si cette réflexion personnelle est impossible, l'idéal est de pouvoir parler librement de l'événement qui est à l'origine du blocage avec un professionnel, afin de pouvoir reprendre une vie normale en termes relationnels. En parlant, il est possible de tirer les leçons de cette expérience, de continuer à avancer pour justement que la prochaine relation soit meilleure.

Il faut tout d'abord comprendre ce qui s'est passé afin d'avoir de meilleures chances de réussir dans le futur. Et accepter également que lorsque les émotions sont concernées, il soit impossible de tout contrôler. La vie à deux comporte toujours une part de risque !

Pour avoir de meilleures chances dans l'avenir, il faut aussi et surtout apprendre à s'aimer. Or, lors d'une séparation inattendue ou violente, où des reproches ont été énoncés, la remise en cause est totale. Il n'est pas rare de se sentir totalement ridicule, honteuse, finalement peu digne d'amour. Car le partenaire contribuait en fait fortement à la confiance que l'on avait en soi. Si l'on n'a pas eu l'occasion auparavant de bien bâtir son estime de soi à titre personnel, celle-ci peut s'effondrer comme un château de cartes.

« Ne jamais tomber amoureuse » est plus une sensation, une opinion subjective qu'un fait. La réalité est que nous ne tombons pas amoureuses sur commande. Le hasard ou « la vérité qui voyage incognito » font qu'il y a rencontre ou pas entre deux êtres qui se croisent. Et nous n'avons en fait aucun pouvoir sur cela. Cessons donc pour un moment le fantasme pour revenir à une réalité plus concrète. Apprenons à accueillir l'instant tel qui se présente, à lâcher prise... peut être alors tomberons-nous amoureuses pour la première fois. Et si ce n'est pas d'un homme, ce sera forcément de la vie !

Rejoignez notre communauté