Santé et beauté
Accueil > J'ai la mémoire qui flanche...

J'ai la mémoire qui flanche...

Info & Savoir

Les médias nous sensibilisent fréquemment sur les seniors : une population qui va croissante, vit de plus en plus longtemps et demande une assistance accrue. Avec l'âge qui avance, nous sommes tous et toutes concernés par notre forme physique et notre tonus intellectuel. Régulièrement, nous nous interrogeons sur nos capacités mentales et le bon fonctionnement de notre mémoire, avec la peur d'être un jour touchés par la maladie d'Alzheimer. Alors, pour rester au Top, la meilleure méthode, c'est de la travailler un peu tous les jours.

Notre mémoire est un petit trésor que nous devons essayer de conserver le plus longtemps possible. Sans elle, pas de vie en société possible, pas de scolarisation, pas de conversation. C'est d'ailleurs le gros souci des personnes vivant avec quelqu'un atteint d'Alzheimer : l'impression de ne plus pouvoir soutenir une discussion, la mémoire étant comme paralysée et revenant sans cesse sur les mêmes éléments, comme si elle tournait en rond.

C'est cette mémoire qui nous permet de progresser et de nous adapter en mémorisant justement des informations ou en recopiant des comportements, du vocabulaire déjà perçu visuellement, auditivement. L'apprentissage est une phase essentielle. Car la mémoire n'est pas unique : visuelle, auditive, sensorielle, affective ou intellectuelle... Celle que l'on fait travailler intentionnellement nous permet de restituer des comportements, des messages, des écrits...

Elle dispose également de plusieurs tiroirs, le cerveau l'aidant à ne pas s'encombrer de notions inutiles : à court terme, et à long terme, les éléments retenus ne le sont pas de la même façon. Certains souvenirs ou certains textes sont ainsi gravés dans notre cerveau à vie. A contrario, il arrive parfois que nous ne parvenions pas à mémoriser certains prénoms, visages, numéros...

Complexe, ce petit trésor... D'autant que la mémoire n'est pas située à un endroit bien précis que l'on pourrait tenter de « réparer » comme certains organes. Plusieurs endroits de notre cerveau vont ainsi traiter et conserver des données externes. Inutile de faire un cours sur cortex, cervelet, hippocampe, etc., l'important est que nos chers neurones continuent à fonctionner et à communiquer entre eux. De nombreux troubles et maladies de la mémoire, proviennent effectivement d'un déficit au niveau des neurotransmetteurs qui permettent justement à nos neurones de tenir leur rôle correctement.

L'oubli est tout à fait normal, il fait partie de notre vie sans que l'on ait à s'en inquiéter. Tout reste affaire de proportion. Il arrive parfois que nous ayons « zappé » une information, soit parce que nous n'étions pas attentifs et notre cerveau n'a pas pu la traiter correctement, soit parce que nous croulons sous le nombre de tâches à faire et arrivons à saturation, soit encore parce que consciemment ou non, et probablement affectivement, il s'agit d'une donnée qu'au fond de nous, nous n'avons pas « envie » de garder ou d'intégrer. Donc pas d'inquiétude, les petits oublis de la vie de tous les jours ne signifient pas que vous êtes malade.

D'ailleurs, même si les films à ce sujet sont nombreux, un phénomène tel que l'amnésie s'il existe n'est pas si courant. Il peut être dû à des lésions au niveau du cerveau ou à des causes psychologiques, voire psychiatriques. On a ainsi pu détecter des amnésies chez les alcooliques, chez les épileptiques qui ne se souviennent plus de leurs crises. Mais cela reste quand même exceptionnel.

Contrairement à ce que l'on se plait à répéter en plaisantant, nos neurones devraient largement suffire à ce que notre mémoire continue à fonctionner jusqu'à un âge avancé, car ils sont tellement nombreux que nous pouvons vieillir dans de bonnes conditions intellectuelles.

En revanche, il est exact que comme nous sommes plus lents dans nos gestes, nous devenons moins agiles cérébralement. Mémoire et apprentissage étant intimement liés, normal que tout cela soit un peu plus difficile. Il arrive aussi que l'on ait effectivement des ennuis de mémoire, aussi appelés troubles cognitifs, mais qui ne perturbent aucunement l'autonomie de la personne. Il faut quand même surveiller l'évolution et éventuellement suivre un traitement préventif, permettant notamment de compenser une déficience éventuelle de dopamine.

La plupart des médecins pensent que le fait d'être moins sollicités intellectuellement, verbalement, est la cause principale de la perte de capacité de la mémoire dans la majorité des cas. En effet, il arrive fréquemment que les personnes âgées soient plus isolées, parfois aussi moins argentées pour participer à des activités sociales et cet isolement ainsi qu'une activité physique ralentie nuisent au maintien d'une bonne mémoire.

Ces facteurs ne doivent pas être sousestimés. Garder une vie sociale est essentiel non seulement pour l'affectif mais aussi pour l'intellect. Il faut aussi avoir la volonté de s'entretenir et cela signifie accepter de faire quelques efforts. Les nombreux clubs, associations pour personnes retraitées, permettent aujourd'hui de participer à des activités si on le souhaite.

Il existe de nombreux tests permettant de faire un point sur son état. Le médecin peut également vous examiner de façon plus spécifique, afin de voir si votre cerveau a subi quelques détériorations. Avant de stimuler, il faut déjà savoir où l'on en est. Il est vrai que les jeunes prennent souvent des médicaments parapharmaceutiques supposés les aider en période d'examen. Mais à trop stimuler, on perturbe le sommeil et on arrive à la situation inverse de l'objectif recherché, car le sommeil est un élément positif pour permettre au cerveau d'intégrer les données, notamment lorsque nous sommes en période de surcharge. Mieux vaut laisser les traitements aux personnes présentant une réelle déficience.

1. MODE DE VIE Encore et toujours un mode de vie sain. Bien sûr, cela ne s'applique pas qu'à la mémoire, la santé globalement passe par une hygiène de vie raisonnable. La mémoire est particulièrement conditionnée par la qualité du sommeil par exemple. On sait déjà depuis longtemps qu'un travail important se réalise pendant la nuit et il est clair que bien dormir est capital pour les capacités intellectuelles, y compris la mémoire. Par contre, inutile de lire avant de dormir le sujet que vous devez apprendre pour le lendemain, car vous n'allez pas retenir ce que vous venez de lire par miracle simplement en dormant. Ce serait merveilleux bien entendu et cela a parfois été entendu et répété, mais ce n'est pas le cas.

Le tabac et surtout l'alcool ont un effet très nocif, car ils agissent sur la capacité des neurotransmetteurs à remplir leur rôle correctement. On peut donc avoir des amnésies temporaires en cas de forte absorption d'alcool.

Certains médicaments ou somnifères peuvent aussi provoquer des pertes de mémoire. Dans ce cas, tout doit rentrer dans l'ordre à la fin du traitement.

Trop de stress ou d'anxiété peut aussi venir perturber notre cerveau et nous empêcher de stocker certaines informations ; ce qui vient d'ailleurs se rajouter à notre souci. Travaillez d'abord à diminuer votre stress avant de vous inquiéter de votre mémoire et de l'exer- r cer correctement.

2. EXERCICES Exercer sa mémoire tout comme l'on exerce ses muscles afin de garder une certaine vigueur quel que soit l'âge, fonctionne aussi avec notre cerveau. Ainsi la lecture, les mots croisés, le bridge sont des activités que l'on préconise souvent afin de garder une mémoire alerte.

On peut également exiger de soi de faire de petits exercices quotidiens, afin de vérifier notre état, en se souvenant de numéros de téléphone, d'adresses, en apprenant quelques strophes d'un poème que l'on apprécie ou d'un livre.

Ecrivez, pour vous mêmes ou vos amis, profitez de toutes les occasions, car elles peuvent se faire plus rares et l'écriture aide à mieux se remémorer.

Si vous êtes amateur de jeu de mots, et adorez Raymond Devos, profitez-en. Tout ce qui vous aide à « décortiquer » les mots est salutaire et préserve une certaine vivacité.

De temps à autre, en regardant la télévision par exemple, mettez systématiquement un nom sur les personnes qui défilent sur votre écran. Vous pouvez faire la même chose en regardant des photos assez anciennes et en vous remémorant les noms de la famille, des amis que l'on a parfois perdus de vue.

N'hésitez pas à utiliser des trucs mnémotechniques bien connus : il s'agit d'associer des éléments qui n'ont de sens que pour vous. Pour vous souvenir d'un trajet, au lieu de penser droite-gauche, vous pouvez penser à des hommes politiques par exemple, ou penser que la fontaine qui est là vous fait penser à votre grand oncle et vous pouvez finalement en arriver à passer par de Gaulle, obliquer vers Mitterrand, repartir par Giscard et tout droit à partir de tonton Paul ! Dernier truc bien connu : faire une phrase qui a priori n'a aucun sens mais qui permet de se souvenir de choses plus compliquées. Les écoliers ont appris « Mais où est donc Ornicar ? » et les apprentis astronomes « Mon vieux tu me jettes sur une nouvelle planète » où la première lettre de chaque mot reprend la première lettre de chaque planète du système solaire. Vous pouvez ainsi créer vos propres petites phrases sur les points difficiles pour vous.

De nombreux ateliers mémoire existent pour personnes âgées où les exer- rcices proposés permettent de faire cette gymnastique, avec d'autres personnes si vous souhaitez être entouré.

Et n'oubliez pas les jeux, bien connus des plus jeunes, comme le « Programme d'entraînement cérébral avancé » de Nintendo DS. Une excellente idée de cadeau de Noël à vous offrir ! Quel que soit l'âge, nous en revenons toujours au vieil adage « Mens sane in corpore sano » (Un esprit sain dans un corps sain). Malheureusement, cela ne va pas sans efforts qu'il s'agisse de sport physique ou d'entretien intellectuel.

Puisque nous avons la chance aujourd'hui de pouvoir vivre plus âgés dans des sociétés qui restent privilégiées, autant se discipliner à ces petits exercices, afin de vivre ces années supplémentaires qui nous sont accor- r dées dans les meilleures conditions possibles. Il sera toujours temps de se laisser aller...

Rejoignez notre communauté