Santé et beauté
Accueil > En France, 6,5 millions de personnes sont considérées comme obèses

En France, 6,5 millions de personnes sont considérées comme obèses

Info & Savoir

Karine Clément est professeur à l’UPMC et directrice de l’institut de cardio-métabolisme et nutrition (ICAN, UPMC/INSERM/APHP). Elle a fait de l’obésité le thème central de ses recherches.

Parce que la recherche fait avancer la technologie, la médecine et la compréhension du monde qui nous entoure, l’UPMC vous emmène sur son site à la rencontre de ses chercheurs et de leurs travaux.




Tous les deux mois, à travers des portraits et des vidéos, il nous permet d’entrer dans leur histoire, de découvrir ce qui les anime, de prendre le temps de comprendre leurs recherches et les enjeux qu’elles représentent pour la société. C’est dans ce cadre qu’Intelligence magazine a suivi les travaux de Karine Clément sur l’obésité.

L'obésité : un fléau mondial

Selon l’OMS, le surpoids concerne 1,4 milliard de personnes de 20 ans et plus dans le monde. D'ici 2030, le nombre de personnes en surpoids  devrait atteindre 3,3 milliards. Le surpoids et l'obésité représentent le cinquième facteur de risque de décès au niveau mondial et fait au minimum 2,8 millions de victimes chaque année.

 

En France, 6,5 millions de personnes sont considérées comme obèses (soit 14,5% de la population adulte). L'augmentation de la prévalence est observée dans toutes les tranches d'âge de la population, y compris les seniors. Cependant, celle-ci semble plus importante chez les femmes (15,1%) que chez les hommes (13,9%).

Une recherche interdisciplinaire contre l'obésité

Convaincue que la recherche autour de cette maladie doit être interdisciplinaire, Karine Clément a réuni au sein de l’ICAN des scientifiques de tous bords (cardiologie, métabolisme, nutrition, microbiologie, génétique, informatique haute performance). Ses travaux sur le lien entre flore intestinale, obésité et risques cardio-métaboliques ont ouvert la voie à de nouvelles pistes de diagnostiques et de stratégies de prévention de la maladie.

Grâce à cet enseignant-chercheur, il est ainsi possible de comprendre en moins de deux minutes, grâce à une infographie très explicite, ses travaux qui lui ont permis de remporter le prix La Recherche 2014 (flore intestinale, obésité, risques cardio-métaboliques), mais aussi d’évaluer leurs enjeux sociétaux autour de la question centrale « Flore intestinale : mieux prévenir l'obésité ? » et de découvrir comment ont évolué les recherches sur l’obésité au fil du temps, car comme l’explique si bien Karine Clément, «L’obésité est une maladie qui se combat à plusieurs ! »

Espérons qu’une vulgarisation de ses travaux au niveau du grand public permettra une véritable prise de conscience des dangers du surpoids et de l’obésité et une meilleure prise en charge des Français dès leur plus jeune âge.

Rejoignez notre communauté