Santé et beauté
Accueil > Don de sang : un acte citoyen

Don de sang : un acte citoyen

Info & Savoir

La Journée mondiale du don de sang a pour but de sensibiliser les gens au fait qu’un accès rapide à du sang et à des produits sanguins sécurisés est essentiel pour tous les pays dans le cadre d’une approche globale de prévention des décès.

« Le don de sang est un acte généreux et solidaire qui soigne chaque année 1 million de malades » souligne L'Établissement français du sang (EFS) qui gère la collecte de sang organisée selon le principe « gratuité, volontariat et anonymat » et redistribue les produits sanguins aux hôpitaux et cliniques en France.


La consommation de produits sanguins augmente chaque année :
- parce que les transfusions font l’objet d’indications de plus en plus nombreuses, notamment chez les personnes âgées : deux personnes sur trois bénéficiant d’une transfusion sont âgées de plus de 60 ans. En outre, la population vieillit et va ainsi accroître le besoin en produits sanguins.
- parce que les prescripteurs ont confiance dans la qualité et la sécurité des produits délivrés par l’EFS et n’hésitent plus à y avoir recours.

 


 

On a besoin de votre sang !

Dans un tel contexte, l’autosuffisance sera difficile à assurer dans les prochaines années si le don de sang ne progresse pas. Pour l’EFS (L’Etablissement Français du Sang), s’il faut aussi chercher à augmenter le nombre de donneurs, l’effort doit être particulièrement porté sur la fréquence des dons.

 

Le don moyen annuel s’élève à 1,6. Or, pour assurer l’autosuffisance en produits sanguins ces prochaines années, il faudrait que les donneurs renouvellent au moins une fois par an leur geste et que ce chiffre passe de 1,6 à 2. C’est le défi majeur de l’EFS.

 

Le sang : indispensable pour qui et pour quoi ?

Aujourd’hui, en France, il faut 2 500 000 dons de sang par an pour répondre aux besoins en produits sanguins de 500 000 malades. Le don de sang est indispensable pour sauver des vies. Ainsi, par exemple :
- Les globules rouges sont utilisés en cas d’hémorragies importantes consécutives à un accident ou à une opération, mais aussi pour des maladies chroniques (drépanocytose, thalassémie….).
- Les plaquettes sont indispensables dans le traitement de nombreux cancers dont : les leucémies, lorsque la chimiothérapie a détruit les cellules sanguines.
- Le plasma est utilisé pour la fabrication des médicaments dérivés du sang destinés aux traitements des hémophiles, aux personnes atteintes de déficit immunitaire sévère (ex. bébé-bulle) mais aussi pour le traitement des grands brûlés.

 

Aujourd’hui, le traitement de ces maladies graves est devenu possible grâce à la transfusion sanguine et aux 1 500 000 volontaires qui, chaque année, font don de leur sang. Ces donneurs font généralement preuve d’un engagement profond, d’une générosité forte qui s’apparente à un véritable don de soi. Beaucoup d’entre eux se mobilisent ainsi plusieurs fois par an pour accompagner les malades sur le chemin de la guérison.

 

Qui peut donner son sang ?

Toutes les personnes âgées de 18 à 65 ans peuvent donner leur sang. Il suffit d’être en bonne santé et de ne pas avoir été dans les mois précédant le don, dans une situation à risques (voyages dans des pays étrangers, rapports sexuels non protégés avec de nouveaux partenaires…).

 

Les soins dentaires et la prise de certains médicaments peuvent entraîner une contre-indication temporaire au don de sang. Le don de sang s’effectue exclusivement dans des sites fixes de l’Etablissement Français du Sang ou lors de collectes mobiles organisées dans les entreprises, les communes, les administrations et les universités de toutes les régions.

 

Don de sang : les idées reçues à combattre

« Donner mon sang me prendrait trop de temps, je suis trop occupé(e. »

Faux, l’acte lui-même ne dure que 8 à 10 minutes. Si l’on ajoute le temps de l’entretien préalable avec le médecin, et le temps de repos qui suit le prélèvement, le don de sang total prend au total entre 30 et 45 minutes. Certains sites proposent également de donner son sang sur rendez-vous.

 

« La piqûre est un acte douloureux. Cela m’effraie ! »

Plutôt Faux, personne n'aime les piqûres mais l’origine de la peur est le plus souvent irrationnelle. Il suffit de détourner son attention pendant l’acte, par exemple, en conversant avec l’infirmier(e) qui vous prend en charge.

 

« Je cours un risque pour ma santé, la sécurité de ce type d’acte n’est pas garantie. »
Faux, le matériel de prélèvement utilisé (aiguille, tubes, poches) est stérile et à usage unique. Donner son sang ne présente absolument aucun risque de contamination.

 

« Je n’ai pas d’endroit à proximité de chez moi pour donner mon sang. »

Faux, l’Etablissement Français du Sang propose 173 sites fixes de collecte répartis sur l’ensemble du territoire français ; 39 000 collectes mobiles ont également lieu chaque année. Il suffit de se renseigner sur le site www.dondusang.net ou par téléphone au 0 810 150 150.

 

« On est fatigué après avoir donné son sang. »

Faux, chez une personne en bonne santé, cela n'entraîne aucun inconvénient. Après avoir donné son sang, l’organisme est capable de reconstituer le stock de cellules sanguines. Le plasma et les plaquettes se régénèrent en quelques heures. Pour les globules rouges, il faut plusieurs jours (une quinzaine généralement) car la moelle osseuse libère les globules rouges progressivement à partir de « cellules précurseurs ».

 

« Il faudrait que je puisse m’absenter de mon bureau pour cela. Cela n’est pas évident ! »

Faux, il est tout à fait possible de demander un justificatif de votre don de sang pour excuser une absence pendant les heures de travail.


C’est bien compris ? Non seulement donner votre sang ne vous fait courir aucun risque pour votre santé, mais en plus c’est le meilleur moyen entièrement gratuit à votre disposition pour aider les autres à se soigner et pour faire preuve de solidarité. Alors, vous donnez quand ?

Rejoignez notre communauté