Sciences, Culture, Philanthropie
Accueil > Des plantes dépolluantes, ça existe ?

Des plantes dépolluantes, ça existe ?

Info & Savoir

C'est très sérieux, des essais le prouvent, les plantes ne sont pas que décoratives, elles ont aussi d'excellentes capacités de régénération de l'air ambiant.

Rares sont ceux qui ont une idée juste de ce que contient l'atmosphère qu'ils respirent quand ils se croient protégés de toute pollution lorsqu'ils se retrouvent dans leur nid. C'est une erreur.

 

L'air de notre maison n'est pas sain, notre environnement direct n'est pas pur. Sur les 20 m3 d'air que l'homme respire en moyenne par jour, seize proviennent de l'intérieur d'espace clos ! À qui la faute ? À des composés organiques volatiles (COV), sournois parce qu'invisibles, mais bien présents dans les peintures, les meubles, les colles, les moquettes.

 

Et puis il y a les produits d'entretien, les parfums pulvérisés un peu partout pour que « ça sente bon », les cires, la fumée de cigarettes. Il y a encore l'environnement extérieur direct, et le comportement des occupants. Que faire ? D'abord, aérer et s'entourer de plantes, solutions on ne peut plus simples. Déjà, il était connu que les plantes absorbaient les gaz carboniques.

En vérité, elles sont capables de beaucoup plus. Des expériences scientifiques, inspirées par les recherches menées dans les années 1970, à l'initiative du professeur William Wolverton, par la Nasa (National Aeronautics and Space Administration), autrement dit administration nationale de l'aéronautique et de l'espace) à bord d'engins spaciaux habités, ont été conduites par le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) de Nantes (Loire-Atlantique), et la faculté de pharmacie de Lille (Nord).

 


 

Une pièce expérimentale a été créée, simulant une pièce d'habitation à l'air vicié et contenant des COV de type benzène, toluène, formaldéhydes. Des plantes ont été placées dans cet environnement douteux et... une semaine plus tard l'air de la pièce était purifié, les composés dangereux avaient totalement disparu. L'expérience était concluante, les plantes avaient absorbé les produits toxiques et restitué un air purifié.

 

Tout le processus repose sur l'échange gazeux. Les feuilles absorbent les polluants de l'air, des micro-organismes vivant dans les racines convertissent les polluants en produits organiques qui servent à nourrir la plante. Le végétal émet alors de la vapeur d'eau, c'est la transpiration, et améliore le est important. Un détail qui a son importance chaque plante a sa spécialité.

Il y en a qui absorbent bien telle substance, alors que d'autres sont meilleures dans un autre type de pollution. Ainsi, le gerbera est adapté à la cuisine parce qu'il est efficace contre les produits d'entretien, la sensevieria élimine la fumée de tabac ; le chlorophytum supprime le monoxyde de carbone et le formaldéhyde qui émane des mousses d'isolation ou le la colle à moquette ; le ficus neutralise aussi le formaldéhyde ; l'azalée absorbe l'ammoniac présent dans certains produits de nettoyage des sols ; le chrysanthème est un bon dépolluant de trichloréthylène, utilisé dans les peintures et les solvants ; le lierre est ce qu'il y a de mieux pour éliminer le benzène que l'on trouve dans les peintures, matières plastiques ou détergents.

 

Et dans la chambre à coucher que mettre ? La plante respire comme un être humain, ce qui veut dire que la nuit elle rejette, en infime partie, du gaz carbonique. Mais, grâce à la photosynthèse, avec la lumière du jour, elle absorbe le CO2 et rejette de l'oxygène. Alors ? Il ne faut pas hésiter à placer un pot de fleur dans la chambre.

Dans tous les cas, main verte ou non, il y a deux règles, se renseigner sur les besoins en eau, en lumière et sur la température idéale, nécessaires au végétal mais aussi savoir se séparer d'une plante où prolifèrent les parasites. Il y a des champions de la dépuration, comme le spathiphyllum ou « fleur de lune », extrêmement actif. Disons pour conclure qu'introduire des plantes chez soi, geste d'une simplicité enfantine, contribue à améliorer la qualité d'air que nous respirons, dans nos maisons. Et puis, ne pas hésiter à les associer pour obtenir de bien meilleurs résultats.

Rejoignez notre communauté