Psycho et Sexo
Accueil > Couple : il ne supporte pas mon indépendance

Couple : il ne supporte pas mon indépendance

Info & Savoir

L'indépendance économique est une condition sine qua non pour que les femmes comme les hommes puissent exercer un contrôle total sur leur vie et poser de réels choix. Seuls 19% des hommes déclarent apprécier vraiment que leurs femmes travaillent et aient une autonomie financière. Un chiffre surprenant en 2015 qui mérite des explications.

Isabelle Aufray, avocate de 35 ans, apporte son témoignage sur la question : « Si mon mari est ravi que je rapporte un salaire conséquent dans notre foyer parce que cela nous permet de vivre mieux et de partir régulièrement en vacances, je sais qu’il préfèrerait secrètement que je reste à la maison à m’occuper des enfants et que je sois toujours là quand ils ont besoin de moi ».

 

Indépendance dans le couple : des chiffres qui parlent

Le taux d'emploi des femmes à travers l'UE varie entre 40 % et 75 %, avec toutefois une moyenne européenne de 75,8 % pour les hommes et de 62,5 % pour les femmes (2009).


L'influence de la parentalité sur la participation au marché du travail reste à ce jour très différente selon le sexe : seules 65,6 % des femmes ayant des enfants de moins de 12 ans travaillent, contre 90,3 % des hommes. Cette situation est le reflet d'un partage inégal des responsabilités familiales, mais traduit également souvent le manque de possibilités d'équilibre entre vie familiale et vie professionnelle.

 

Les femmes travaillent davantage à temps partiel que les hommes (elles représentent plus de 75 % des travailleurs à temps partiel), dans des secteurs et à des postes moins bien valorisés.

 


 

Indépendance dans le couple : une difficile évolution

L’égalité entre les hommes et les femmes ne va pas de soi. Il suffit de remonter l’histoire du XXème siècle pour s’en rendre compte. Il y a 50 ans une femme ne pouvait pas travailler sans l’autorisation de son mari, il y a 65 ans une femme ne pouvait pas voter, il y a un siècle une femme ne pouvait pas disposer de son salaire. Tout au long du XXème siècle, les femmes se sont battues pour acquérir ces droits.


L'idée que les femmes ont les mêmes droits que les hommes est toute récente. Auparavant, comme pour toute discrimination, on s'appuyait sur leurs différences, de nature, de fonction, pour justifier le fait qu'elles étaient privées d'un certain nombre de droits. De plus, on les a le plus souvent considérées comme inférieures, incapables de réflexion, de logique, de maturité. Éternelles mineures, elles devaient se cantonner aux charges du foyer. Sauf lorsqu'elles étaient pauvres : on les exploitait alors autant et même plus que les hommes...


Aujourd'hui, si dans les textes, les femmes ont les mêmes droits que les hommes, dans la réalité bien des inégalités subsistent : elles occupent encore majoritairement les emplois subalternes, donc moins bien payés; elles sont, plus que les hommes, victimes du chômage et de la précarité; et elles sont, encore aujourd'hui, souvent systématiquement écartées du pouvoir, dans les partis politiques, au Parlement, au gouvernement...


Les femmes veulent être autonomes…

Selon une étude récente réalisée par OpinionWay, les jeunes filles (15-18 ans) d’aujourd’hui sont moins de 5% à s’imaginer femmes aux foyers. 82% d’entre elles aspirent à des professions où l’indépendance d’esprit est importante : artiste, chef d’entreprise ou profession libérale. Lorsqu’elles sont interrogées sur la cause des femmes, elles mentionnent deux sujets principaux : la lutte contre les violences faites aux femmes et contre les écarts de salaires. 

 

Ainsi, leur rapport à l'argent, comme synonyme de travail et donc d'indépendance financière par rapport à leur conjoint a nettement évolué. A la question : qu'est-ce qui contribue à votre équilibre personnel ? 38% des femmes interrogées répondent en premier lieu l'indépendance financière. Ce chiffre n'était que de 24% en 1987. Mieux, cette réponse devance même d’un petit point les enfants et la famille. « C’est essentiel, surtout chez les plus âgées qui ont pu traverser des épreuves et qui, fortes de leur expérience, placent l’indépendance au-dessus de tout, même des enfants », note François Kraus, chef de groupe au département Opinion de l’Ifop.

 

… mais par forcément leurs maris

Si seulement 19% des Français déclarent apprécier l’indépendance financière de leurs épouses, on est donc bien loin de la majorité. Les raisons sont très diverses : si certains machos veulent garder la main mise sur leurs femmes, d’autres pensent vraiment d’abord au bien-être des enfants et à leur propre satisfaction d’avoir une compagne qui s’occupe du foyer. Les hommes d’aujourd’hui sont partagés entre ces sentiments et le fait de reconnaître que le travail est également un facteur d’épanouissement pour leurs femmes.

 

Sur ce sujet comme beaucoup d’autres, ce qui compte avant tout, c’est que le couple s’entende sur cette question. Il faut donc en parler. Si vous souhaitez vraiment travailler mais que votre compagnon s’y oppose, il y a problème. Il faut donc à tout prix dialoguer sur le sujet pour ne pas que votre volonté d’indépendance ne soit un frein, ni à votre épanouissement personnel, ni à celui de votre couple et de votre famille. L’égalité homme-femme passe aussi par le fait de respecter le désir de l’autre, à condition que ce ne soit pas à sens unique.

 

« Aujourd’hui, les femmes insécurisent les hommes »

Hommes et femmes sont en compétition. Pourtant, les relations commencent à s’apaiser. Aujourd’hui, il est de notoriété publique que, à chances égales, les femmes ont de meilleurs résultats que les hommes. Jusque dans les années 1970, ils étaient en compétition avec d’autres hommes.

 

L’accès à une relative égalité des sexes a fait émerger un nouvel adversaire face auquel ils se sentent souvent désarmés. Par exemple, les hommes politiques que je reçois en analyse ont une angoisse terrible à l’idée de se retrouver face à des femmes qui, majoritairement, ne déclinent pas le pouvoir de la même manière. Elles sont plus honnêtes, me disent-ils eux-mêmes. Elles ne font pas leur « cour » de la même manière.

 

Dans le cas des élus locaux, les hommes connaissent l’appareil politique, les femmes connaissent leur circonscription. Ils se rendent compte qu’ils sont comme des funambules, loin de la terre, pas suffisamment accrochés au câble du réel.

Rejoignez notre communauté