Jardin
Accueil > Comment planter et entretenir un poirier

Comment planter et entretenir un poirier

Info & Savoir

Fruits d'automne par excellence, les poires sont incontournables des vergers. Déclinées en multiples variétés, elles poussent aux quatre coins de la France sans trop de difficulté.

Plante rustique particulièrement bien adapté au climat continental européen, le poirier s’accommode de tous les types de terrain à l'exception de ceux trop calcaires. Loin d'être épargné par les maladies comme l'oïdium ou la rouille, il doit être surveillé de près et protéger des divers nuisibles qui sévissent dans les vergers.

 


 

La culture du poirier

Le poirier peut se planter pendant toute l’année, sauf en hiver. Dans l'idéal, il se plante en automne pour favoriser l’enracinement avant l’hiver. Pour une plantation au printemps ou en été, un arrosage régulier est à prévoir. À peu près tous les types de terrain lui conviennent, sauf les lopins de terre très calcaires qui peuvent le faire dépérir. Un sol légèrement argileux et riche en humus est parfait.

 

Un amendement en tourbe, en terreau et en fumier est préconisé avant la mise en terre. Pour faciliter la reprise, il est conseillé de creuser des trous de 80 cm de côté et de profondeur, de labourer le fond du trou pour ameublir la terre et d'épandre un peu d’engrais organique.

 

Avant la mise en terre, il est nécessaire d'installer des tuteurs qui vont maintenir le plant pendant les 3 premières années. Livré racines nues, il est important de rafraîchir ces dernières en coupant leurs extrémités afin de favoriser l’émission de jeunes radicelles. On peut aussi les plonger dans un mélange de boue et de bouse de vache avant de les planter. La terre doit être régulièrement tassée et abondamment arrosée. Il est aussi conseillé d’élaguer un peu le poirier et de supprimer environ un tiers de sa ramure.

 

Côté distance, cette dernière dépend en grande partie du type de taille qui sera appliquée plus tard aux arbres. À titre indicatif, une taille en haute tige nécessite une distance de 8 m entre les plants. Avec une taille en fuseau par contre, ceux-ci ne seront espacés que de 2 à 3 m. Le type de sol et la nature du porte-greffe peut aussi influencer sur la distance entre les pieds. Un terrain pauvre ou un porte-greffe en cognassier demande une distance plus grande.

 

Entretien

Selon les espèces, les poiriers donnent des fruits qui arrivent à maturité soit en été, soit en hiver. Si toutes les plantes donnent des fleurs en avril, de nombreuses variétés sont autostériles. Cela signifie qu'elles ont besoin d’une autre famille pour pouvoir donner des fruits.

 

Cette pollinisation croisée est importante, même pour les races autofertiles, car elle permet d’avoir de meilleurs fruits.

Comme beaucoup d’arbres fruitiers, le poirier est menacé par plusieurs maladies et insectes ravageurs. Les plus fréquents sont les vers, les pucerons et les acariens. En ce qui concerne les maladies, il faut faire surtout attention à la tavelure, au feu bactérien, à l’oïdium et à la rouille.

 

Dans la plupart des plantations, les traitements insecticides et acaricides de prévention sont préconisés à la floraison. Un soin à la bouillie bordelaise est aussi conseillé à la chute des feuilles et avant la fructification.

 

 

Au fil des mois

Les poires peuvent être classées en 3 groupes selon leur période de récolte.


- Les poires d’été : elles représentent 50% de la production. Elles sont récoltées de mi-juillet à septembre et commercialisées jusqu’en octobre. Il s’agit de la guyot et de la williams.

- Les poires d’automne : c'est environ 30% de la production totale. Elles sont récoltées de mi-septembre à novembre et commercialisées jusqu’en février-mars. Il s’agit de la comice, de la beurré hardy, de la conférence et de variétés moins courantes comme la louise bonne d’Avranches, l’alexandrine douillard.

- Les poires d’hiver : elles représentent 20% de la production. Il n’en existe qu’une seule espèce : la passe-crassane qui arrive à maturité fin octobre et est commercialisée de décembre à mars après être restée plusieurs semaines en chambre froide.

 

Cueillette des poires

Lorsque vous cueillerez vos fruits, faites attention à ne pas abîmer la petite tige qui les porte, d’apparence un peu boursouflée, que les jardiniers appellent la bourse. C’est de là, en effet, que naîtront les bourgeons floraux qui vous donneront vos poires de l’an prochain.

 

Si les poires d’été se choisissent souples, les choses sont différentes pour les variétés d’automne et d’hiver. Ces fruits ont besoin, pour mûrir, d’une période de froid qu’ils ne peuvent connaître sur l’arbre. Il faut donc comme le faisaient jadis nos aïeuls les récolter légèrement verts et les laisser mûrir dans un fruitier ou un cellier.

 

Les poires séchées

Pour déguster vos poires tout au long de l'année, pensez à les faire sécher. Découpez-les en tranches assez épaisses, et mettez-les au four tiède (Th.5), jusqu’à complète évaporation de leur eau. Vous pouvez ensuite les garder dans une boîte métallique bien fermée. Pour leur redonner du moelleux, faites tremper vos poires sèches dans de l’eau additionnée d’un jus de citron, pendant quelques heures.

 

L'atout santé

Riche en eau, la poire contient essentiellement des glucides qui lui confèrent son apport énergétique : 50 kcal/100 g en moyenne. Cette teneur en glucides varie selon les variétés et le degré de maturité du fruit. Les fibres de la poire, en moyenne 2,3 g/100 g, sont plus ou moins abondantes et sont fonction des espèces.

 

Conseil du jardinier

Le poirier est une plante qui résiste bien au gel (jusqu’à -20°C). Il est toutefois moins tolérant que le pommier. Il est recommandé de le planter à l’abri des vents froids. Cet arbre fruitier apprécie l’exposition au soleil. Un apport en fumier décomposé est préconisé au printemps pour supporter sa croissance.

 

Les variétés de poires

 

La conférence 

Longue et penchée, elle est verte et couleur bronze. Sa chair est fine et sucrée. Elle se tient bien lors de la cuisson. C’est une poire d’automne, qui se trouve en abondance de fin août à novembre.

 

La williams 

Légèrement trapue, la williams est une poire dite d’été. Elle peut être jaune ou rouge. Elle se déguste du mois d’août à d’octobre.

 

La comice  

Assez volumineuse et dodue, à la teinte verte, tachetée de bronze, elle a une chair  blanche et légèrement acidulée, mais surtout fondante et juteuse ! Saison : octobre à décembre.

 

La passe-crassane

De forme arrondie et charnue, sa peau est assez épaisse et sa chair granuleuse mais savoureuse. C’est une poire d’hiver, qui se déguste de décembre à mai.

 

 

 

 

Rejoignez notre communauté