Jardin
Accueil > Comment fabriquer son compost

Comment fabriquer son compost

Info & Savoir

Résultat d'un procédé de conversion, par fermentation, des déchets organiques en terreau riche en composé humide, c'est l'engrais naturel et écologique idéal.

Il faut souvent donner un petit coup de pouce à la nature pour qu'elle donne le meilleur d'elle-même. Jardinier écolo, vous rechignez à l'usage d'engrais chimiques ? Compostez vos déchets ! Vous obtiendrez un terreau fertile pour enrichir votre terre.

 


 

Où trouver un bac à compost ?

Dans les jardineries bien évidemment, mais aussi, quasi gratuitement, par le biais de certaines municipalités engagées dans le développement durable. La méthode 100% économique est encore d'en fabriquer un soi-même : réalisez un bac en bois en laissant un jour de 2 à 3 cm entre chaque planche pour permettre la fermentation.

 

Réalisez enfin une ouverture frontale qui vous permet de récupérer le terreau fermenté par le bas. Renforcez le tout : avec les années, la construction risque de bouger un peu.

Installez votre récipient sur un emplacement abrité des vents dominants et ombragé par des arbustes. Édifiez-le sur la terre nue. Celle-ci fait démarrer la fermentation.

 

Que mettre dans le bac ?

Il est possible de composter des matériaux très divers : résidus de récoltes, mauvaises herbes, tontes de gazon, feuilles mortes, sciures, copeaux de bois... Les déchets animaux et même le papier et le carton peuvent être utilisés, à l'exception de tous les matériaux non dégradables comme le plastique, le verre ou le métal. Oubliez votre haine des mauvaises herbes : une fois dans le bac, elles contribuent à la bonne fermentation.

 

En revanche, évitez de jeter dans votre bac à compost les variétés chargées de graines : celles-ci peuvent résister à la fermentation et repousser plus tard. Une fois achevé, le compost réintègre le sol du jardin comme engrais ou amendement.

 

Opération fermentation

Montez le tas par couches successives et, pour amorcer la fermentation, ajoutez un activateur permettant d'améliorer et d'accélérer efficacement le processus de maturation du substrat. Ce produit naturel est souvent à base de bactéries, de levures et d'enzymes. Rapidement, le tas dégage de la chaleur, signe de fermentation.

 

Celui-ci doit rester humide, mais sans excès. Entre la 2ème et la 3ème semaine, retournez-le pour que toutes les matières soient mêlées et achèvent leur décomposition. Si possible, recommencez l'opération 6 semaines plus tard. En 4 à 5 mois, vous obtenez un terreau noir friable reconnaissable à son odeur caractéristique de sous-bois. Ensuite, prélevez le compost au fur et à mesure de vos besoins à la base du bac où se trouvent les substances les plus décomposées.

 

À noter : la décomposition peut être activée tout simplement avec une couche de terre.

 

Rejoignez notre communauté