Santé et beauté
Accueil > Cigarette électronique : faut-il s'y mettre ou pas ?

Cigarette électronique : faut-il s'y mettre ou pas ?

Info & Savoir

73 % des utilisateurs de cigarette électronique ont définitivement renoncé à fumer pour vapoter. Pourtant, malgré des études rassurantes et les avis de certains scientifiques et médecins, des voix s’élèvent qui occultent l’intérêt de la cigarette électronique comme aide au sevrage. Un point s’impose.

1 fumeur sur 2 meurt des conséquences liées au tabac. Selon le PA (paquet par année) formule de probabilité utilisée par les médecins français dans le diagnostic des cancers, une personne qui fume 1 paquet/ jour pendant 10 ans présente 99% de risque de mourir des conséquences du tabac.


Vapoter vaut mieux que fumer !
Face à un tel constat, il est évidemment indispensable d’encourager les fumeurs à tout sevrage tabagique. La cigarette électronique est une des méthodes qui aident au sevrage du tabac. Selon l’étude de Chris Bullen de l’université d’Auckland publiée dans le journal médical britannique The Lancet, la cigarette électronique présente une efficacité au minimum équivalente aux patchs pour l’arrêt complet du tabac et nettement supérieure aux patchs pour la réduction de la consommation de tabac.

 

Un peu plus de la moitié de ceux qui ont testé l’e-cigarette ont réussi à diviser par deux ou plus leur consommation de tabac, alors que seulement 41 % de ceux utilisant le patch sont parvenus à ce résultat.

 



La cigarette électronique sujette à controverses
Suite à la controverse suscitée par 60 Millions de consommateurs, Thibaud Durand, dirigeant de Cigaretteelec.fr tient d’ailleurs à rappeler les propos d’Antoine Flahault, professeur de médecine à l’université Paris Descartes et à l’Hôtel Dieu, cité dans Les Echos du 8 septembre dernier : « La nicotine, qui a été étudiée de près en pharmacologie, n’est pas plus dangereuse que la caféine – elle le serait même plutôt moins.

 

Ce qui est si mauvais dans le tabac que l’on fume, c’est le goudron qui résulte de la combustion et se dépose dans les voies respiratoires, ainsi que le monoxyde de carbone qui se diffuse dans le sang. Or ces deux substances sont absentes des e-cigarettes. Passer de la cigarette traditionnelle à la cigarette électronique réduit le risque d’au moins 99%.»


Autant d’arguments que Thomas Laurenceau, rédacteur en chef de 60 Millions de consommateurs assure ne pas rejeter dans sa réponse à la lettre ouverte de l’Association Indépendante des utilisateurs de cigarette électronique. « Comme vous, je suis convaincu que la cigarette électronique est infiniment moins nocive que le tabac », écrit-il le 3 septembre avant de poursuivre que l’étude de son magazine n’a pas d’autres objectifs que d’ « évaluer la cigarette électronique en tant que telle » et de veiller à la qualité des produits proposés aux consommateurs.

La cigarette électronique, dangereuse ou pas ?
Dangereuse, la cigarette électronique ? Le New York Times dénonçait en septembre dernier le nombre d'empoisonnements liés au liquide des e-cigarettes qui aurait bondi à 1 351 en 2013, soit une hausse de 300 % par rapport à 2012 aux Etats-Unis. Il s'agit dans les faits de quantités de liquides ingérées ou absorbées par la peau et non pas inhalées.


« Les risques des e-liquides sont liés avant tout à des produits de mauvaise qualité, de mauvais choix des composants des e-liquides, de mauvaises manipulations, comme ce peut être le cas par exemple en laissant le produit à portée des jeunes enfants », note de son côté l'Office français de prévention du tabagisme.


Dans les faits, les liquides inhalés contiennent de la nicotine, du propylène glycol ou du glycérol, et des arômes. C'est notamment autour du cas des arômes alimentaires, faits pour être ingérés et non inhalés, que demeurent certaines inconnues. Bref, on n’a pas encore suffisamment de recul pour connaître tous les méfaits de la cigarette électronique, même si tout le monde (ou presque) s’accorde à dire qu’elle reste moins nocive que la cigarette traditionnelle.

La cigarette électronique : les autres risques
Récemment, une femme a été brulée par l'explosion de la batterie de sa cigarette électronique. « Cet accident dramatique est la conséquence d'un marché peu réglementé en terme de sécurité des produits » commente Karin Warin co fondatrice de Clopinette.

 

« Depuis la création de la société, nous avons mis en place un processus de contrôle pour éviter ce type d'accident. Aujourd'hui, les normes de qualité que nous imposons à nos produits sont d'une exigence extrême. Notre éthique nous oblige un contrôle extrêmement strict sur nos produits.» poursuit Karin Warin.


Une alternative à la cigarette électronique ?

Le mieux bien entendu reste de ne plus fumer du tout et de ne plus vapoter non plus ! Mais c’est plus facile à dire qu’à faire quand on est devenu dépendant. Air Detox peut être une alternative. Il s’agit de la première méthode collaborative pour arrêter de fumer en groupe et en s’amusant.

 

Tous les mois, une vingtaine de personnes arrêtent de fumer le même jour à la même heure. Pendant 21 jours ce groupe va partager dans un espace privé sur Internet ses ressentis, son sevrage, ses victoires, etc… Tout cela dans une ambiance compagnie aérienne, direction le monde sans tabac.

 

Les « passagers » sont entourés d’un équipage bienveillant qui suit un « plan de vol » bien précis construit à l’aide de différents experts : addictologue, nutritionniste, coach de motivation, coach sportif mais aussi d’anciens passagers ayant réussi à arrêter de fumer. Air Detox a pour mission de changer radicalement la manière d'arrêter de fumer des gens, et d'en faire une expérience humaine unique. Pourquoi ne pas essayer ?

Rejoignez notre communauté