Santé et beauté
Accueil > Brulures : les soins d'urgence

Brulures : les soins d'urgence

Info & Savoir

Le domicile est l'endroit où l'on est le plus susceptible d'avoir un accident. Cela a d'ailleurs donné lieu à une catégorie : les accidents domestiques. Tomber d'un escalier, d'une échelle, se blesser en bricolant, sans oublier la cuisine qui est évidemment le lieu de tous les dangers notamment pour les enfants... Alors que faire en cas de brûlure ?

Il ne faut pas oublier que la première cause de la mortalité chez les enfants est l'accident domestique. Cela va de l'étouffement accidentel à la chute grave, en passant par la noyade et les brûlures. Tous les parents le savent, un jeune enfant n'est jamais à l'abri d'un accident ou d'une bêtise, et l'inattention peut parfois se révéler catastrophique, même sur un temps très court. Avec l'habitude du quotidien, on oublie parfois de prendre certaines précautions pourtant indispensables.

Les pièces les plus dangereuses sont en ordre croissant : la salle de bains, les escaliers, la chambre, le séjour, la cuisine et bien entendu garage, cellier et jardin. On considère pourtant que la grande majorité de ces décès pourrait être évitée grâce à des gestes simples, car il est difficile d'être vigilant 24 heures sur 24.

En ce qui concerne les enfants en particulier, la prévention passe en premier lieu par l'apprentissage des dangers de la maison. En privilégiant certains endroits prioritaires.

 



Les projections et contacts de liquide chaud

Par exemple, faire prendre un bain au bébé dans une eau trop chaude, ou tout simplement l'enfant qui se brûle en se lavant les mains, car le chauffe-eau est mal réglé. Il faut savoir qu'un enfant met plus de temps à réagir lors du contact avec ce type de problème et il est souvent plus brûlé qu'un adulte. Les liquides chauds sont en fait à l'origine de la moitié des brûlures.

 

Pour donner une idée de la rapidité de l'éventualité d'un accident, il faut savoir qu'un enfant peut être brûlé au 3ème degré avec de l'eau à 60°C en 3 secondes alors qu'il en faudra 7 pour l'adulte.
Il  faudra une minute si l'eau est à 50°C, 8 minutes pour un adulte. Il est donc important de penser à régler la température de l'eau afin qu'elle ne puisse pas monter trop haut, au-delà de 50°C. Il suffit par exemple d'installer des mitigeurs thermostatiques allant au maximum à 45°C. Quant aux projections, elles se passent souvent dans la cuisine, avec le problème bien connue de la casserole d'eau bouillante dont la queue est à portée de l'enfant.

Les brûlures donnent lieu à plus de 15 000 hospitalisations, dont 3 000 en service grand brûlé, et environ un millier de personnes décède chaque année des suites de ce type d'accident Les hospitalisations d'enfants sont au nombre de I 000 par an environ. Ce sont les enfants en bas âge qui sont les plus exposés : 25% des brûlés ont moins de 5 ans, 30% des brûlés par liquide chaud ont moins de 5 ans, 4 0% des brûlés par solide chaud ont moins de 5 ans.

Les régions du thorax et des membres supérieurs sont principalement touchées.

Sans oublier l'accident auquel on ne pense pas, comme de prendre un café ou un thé bien chaud, alors que l'on a son enfant dans les bras et qu'un geste malheureux de l'adulte ou du petit enfant peut entraîner la brûlure. Enfin, il faut aussi citer certains soucis liés à une mauvaise manipulation ou connaissance du réchauffage au microondes entraînant une température trop élevée au niveau du biberon ou du plat du bébé. D convient donc de toujours vérifier ces éléments avant de nourrir son enfant, en versant une petite quantité sur le dos de la main. En cuisine, n'utiliser que des casseroles à manche amovible.

Les produits inflammables

Ils peuvent aussi être à l'origine de brûlures. La laque par exemple peut s'enflammer instantanément si elle est en contact avec une flamme nue. Tout le monde le sait, mais il n'y a pas de mal à redire qu'un placard situé en hauteur ou fermé à clé pour les produits dangereux est la meilleure des solutions.

Les produits solides

Ils peuvent aussi être dangereux, comme le fer à repasser, un grand classique malheureusement, le four, les appareils électriques, les plaques de cuisson, un insert de cheminée... Ce type de brûlure est rarement grave heureusement, mais forcément douloureux, n ne faut donc pas laisser le fer refroidir à portée de l'enfant par exemple. L'électricité Elle représente un danger même si les accidents concernant les enfants sont à présent assez rares. Ce sont les très jeunes enfants qui sont concernés : entre 0 et 5 ans, quasiment toujours au niveau de la bouche. Les cache-prises sont à présent largement utilisés par les parents à titre de prévention.

Les brûlures peuvent avoir des origines très diverses et donner lieu à des traitements différenciés en fonction de la cause exacte. On relève quatre grandes catégories de brûlures : -Par contact direct avec un objet, un liquide, un gaz ou une flamme, - Par le rayonnement solaire, - Par le froid, - Par un produit chimique, -Par un problème électrique (dans ce dernier cas, la brûlure n'est pas toujours visible car les dégâts sont la plupart du temps internes).

Pour ce qui est des enfants, ils sont souvent concernés par la brûlure thermique et par la brûlure du soleil. Ds sont rarement victimes du froid au point d'en subir les brûlures à moins de vivre dans une population en situation de grande pauvreté et en montagne par exemple.

Environ les deux tiers des brûlures des enfants sont dues à un ébouillantement; les garçons de I à 3 ans étant plus particulièrement touchés.

Quant à la brûlure chimique et électrique, elle concerne la plupart du temps les populations de salariés, dans le bâtiment par exemple avec la chaux vive du ciment, ou les populations d'adultes qui font du bricolage, du ménage et manipulent des produits dangereux qu'ils ne maîtrisent pas vraiment.

Ces accidents peuvent être plus ou moins graves en fonction de plusieurs critères : -La zone touchée est plus ou moins étendue : on considère comme grave une surface supérieure à la paume de la main ; -La zone touchée est particulièrement sensible : par exemple, si le visage ou les voies aériennes sont touchées et soufrent d'oedème, ou les zones de mobilité. Lorsque les mains sont touchées gravement, le risque de ne pas retrouver la mobilité des doigts est bien réel. Lorsque ce sont les voies respiratoires ou le nez qui sont concernés, il y a un risque de détresse respiratoire avec séquelles. Idem pour les yeux qui peuvent être gravement atteints.

- La profondeur de la brûlure.

 

1er degré
On parle généralement de brûlure superficielle à moins que la surface touchée ne soit très importante. Seul l'épidémie est touché et même si cela est douloureux, aucune cloque ne se forme. Le premier degré ne nécessite qu'une crème apaisante de type Biafine ou autre sur le conseil du pharmacien.

2ème degré

Il peut s'agir là encore de brûlure considérée comme superficielle, puisque susceptible de guérir seule, ou de 2ème degré profond qui peut laisser des cicatrices bien qu'étant indolore. Si des cloques apparaissent avec un liquide transparent à l'intérieur, seul le temps pourra dire si la cicatrisation se fera correctement ou laissera des traces. Le derme est atteint dans les deux cas, mais plus ou moins profondément. * 3ème degré Dans ce cas, les brûlures laisseront des cicatrices importantes. Le troisième degré est évidemment grave, car il peut aller jusqu'à toucher les muscles et les viscères, ainsi que les vaisseaux sanguins. La peau a un aspect cartonné, blanc ou parfois carbonisé. Elle est indolore, car les terminaisons nerveuses du derme sont détruites. D faut agir aussi vite que possible.

Il est clair que l'un des facteurs de gravité est l'âge de la personne : lorsqu'il s'agit d'un enfant, il ne faut surtout pas hésiter à faire appel à un médecin le plus tôt possible, car il est plus susceptible qu'un adulte de se retrouver en situation de détresse physique importante.

ll faut noter que plus la brûlure est grave plus on constate l'absence de douleur et de sensibilité. La souffrance immédiate est donc liée aux brûlures de degrés I et 2.

Toute maman a besoin de connaître les mesures d'urgence à pratiquer en cas de brûlure sur son enfant.

Brûlure superficielle Ier degré Le premier réflexe doit être d'appliquer de l'eau froide tout d'abord pour limiter l'extension de la brûlure et avoir un effet antalgique. Il faut le faire assez longtemps, environ 15 minutes à 15°C. A condition que la zone ne soit pas trop importante, car le patient ne doit pas commencer à frissonner. Envelopper ensuite d'un linge propre.

Brûlure de moins de 10% en surface, 2ème degré superficiel

Le traitement donne lieu à l'application de Biafine, ou autre crème apaisante. Si des cloques contenant du liquide transparent sont présentes, elles peuvent être recouvertes de compresses grasses. Une vaccination anti-tétanique est parfois nécessaire si le rappel n'a pas été effectué. Il faut laisser le patient boire à sa soif.

Brûlure grave

Le pronostic vital est engagé lorsqu'il s'agit d'un enfant touché à plus de 20%, ou au 3ème degré à plus de 10%, si la brûlure est cervico-faciale, ou par inhalation de fumées. Dans ces cas graves, l'envoi d'une équipe médicalisée sur place est essentiel : elle peut ainsi mettre en place les premières phases de soins qui consistent en une réhydratation par voie veineuse, l'apport en analgésiques pour aider à soulager la souffrance, et l'oxygénation. L'intubation est parfois nécessaire en cas brûlures du visage, de coma ou de détresse respiratoire.

La brûlure attaque systématiquement 1'épiderme, détruit parfois la membrane basale chargée de régénérer la peau, et atteint alors le derme. Il faut donc parfois procéder à une greffe de peau qui consiste dans un premier temps à exciser la peau abîmée et à greffer la peau dans la semaine qui suit l'accident. La peau peut provenir d'un donneur avec toutes les exigences de ce type d'intervention et les précautions par rapport à un rejet possible, ou utiliser la peau du brûlé lui-même en pratiquant donc une autogreffe.

L'hospitalisation pour la greffe dure normalement entre 2 et 6 jours. Les autogreffes sont privilégiées, normalement l'endroit où l'on a prélevé la peau guérit en une quinzaine de jours alors que la cicatrisation de la greffe elle-même prend plusieurs semaines. La cicatrisation est suivie de près et nécessite des soins précis tels qu'hydratation quotidienne, protection du soleil, port de vêtements spécifiques, sans oublier la rééducation selon les zones touchées.

Les cicatrices donnent lieu à des démangeaisons la plupart du temps. Si elles sont particulièrement fortes, il est possible que le médecin propose une prise d'histaminiques pour soulager le patient. Ensuite, il est possible que des colorations de la peau apparaissent, soit en trop clair, soit en trop foncé. Elles disparaissent parfois dans le temps.

Pour les patients qui sont dû subir une greffe, tout dépend évidemment de l'em placement, des effets secondaires d'ordre esthétique peuvent survenir ou des problèmes de mobilité suite à la rétraction des cicatrices.

Vérifier son installation électrique et protéger les prises, Ne pas laisser de rallonge électrique branchée, Contrôler la température du bain, de la douche avec un thermomètre ou en plongeant le coude, Verser quelques gouttes du biberon sur le dos de la main pour vérifier si le lait n'est pas trop chaud, Empêcher l'enfant d'atteindre casseroles, friteuses, woks... sur la plaque de cuisson, L'empêcher d'approcher tant que la plaque n'est pas refroidie, Ne pas laisser traîner le fer à repasser, les allumettes, le briquet...

 



Ne pas garder son enfant sur les genoux lorsque l'on boit soi-même une boisson chaude, Mettre hors de portée des enfants les produits dangereux et ne pas remplir une bouteille de soda d'un liquide pouvant causer des brûlures chimiques internes souvent Ne pas laisser les enfants s'approcher trop près de la cheminée, du four ou du barbecue, En ce qui concerne le cas particulier du soleil, les autorités médicales insistent sur le fait que les bébés n'ont rien à faire sur la plage.

Les pansements à la biogaze de couleur verte sont interdits chez le jeune enfant en raison de la présence de camphre qui peut provoquer des intoxications ou des convulsions. voir un coma Seules les feuilles de tulle gras de couleur jaune peuvent être appliquées.

Le soleil est nocif que ce soit pour leur peau ou pour leurs yeux. Une fois qu'ils ont deux ou trois ans, si les parents aiment ce type de vacances et que l'enfant prend plaisir à barboter, mieux vaut privilégier le début de matinée et la fin d'après-midi sans lésiner sur la crème solaire, le chapeau et les lunettes, même si les petits ont parfois quelques difficultés à supporter ces accessoires, est parfois difficile de s'y tenir, il ne faut pas oublier que l'enjeu est bel et bien de protéger l'enfant d'un futur cancer de la peau, rien de moins. En bref, des conseils de bon sens mais parfois si nombreux qu'il est difficile de toujours garder l'oeil à tout. Empêcher les conditions de l'accident est donc la meilleure des préventions.

Enfin, il ne faut pas oublier l'autre côté de l'iceberg, car les enfants sont aussi parfois à la racine d'incendies. On estime que le chiffre avoisine les 6 000 incendies suite au jeu des enfants non pas seulement avec des allumettes, mais aussi avec des pétards et autres mini feux d'artifice mal maîtrisés. Ce sont surtout les enfants de plus de huit ans qui sont concernés par ce dernier problème.

Il est clair que les brûlures n'épargnent pas les enfants de 0 à un an, mais c'est de 1 à 5 ans que le risque est statistiquement le plus élevé. Alors, un seul mot d'ordre : veiller à tout, tout le temps!

Rejoignez notre communauté