Biographies
Accueil > Biographie de Daft Punk, groupe planétaire

Biographie de Daft Punk, groupe planétaire

Info & Savoir

Quand est né le groupe Daft Punk. Peuêtre en 1987 quand  Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homen-Christo se rencontrent sur les bancs du lycée Carnot, à Paris.

Les deux adolescents ont 12 ans et partagent les mêmes goûts musicaux pour la musique électronique en général et pour le groupe allemand Kraftwerk, en particulier. Mais ils aiment aussi Kiss, l’opéra-rock « Phantom of the paradise », les films de Stanley Kubrick ou les créations d’Andy Warhol.

 


 

« Dès cette époque, nous étions autant attirés par l’esthétique undergound que par les produits de grande consommation. », ont expliqué les Daft Punk dans un entretien au quotidien « Le Figaro » en juillet 2013. Avec un autre ami (Laurent Brancowitz, qui les quittera rapidement pour créer Phoenix), les deux compères forment un premier groupe en 1991.


Daft Punk : le single Alive comme tremplin

Conseillé par Daniel Vangarde, le père de Bangalter et qui produit la Compagnie Créole, Darlin’ (nom de cette formation) sort un premier disque qui sera qualifié de « nullité idiote et minable » par le journal britannique « The Melody Maker », la référence de la presse musicale outre-Manche. En langue anglaise, cela donne « daft punky trash » : le nouveau nom du groupe est trouvé !

 

Rebaptisé Daft Punk et reconstitué en duo, le tandem intéresse les radios, les clubs branchés et les DJ avec le single « Alive », paru en 1993. Mais Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homen-Christo réfléchissent déjà à leur projet qui va révolutionner les standards de la musique.

 

Daft Punk :le marketing comme un art

« Considérant le marketing comme faisant partie intégrante de la création artistique, ils mûrissent une image futuriste et mystérieuse, symbolisée par ces casques qu’ils ne quitteront plus jamais en public. », souligne notre consoeur Clémentine Goldszal dans les colonnes du « Point » le 25 juillet 2013.

 

En 1995, Le disque « Da Funk » obtient un large succès, non seulement grâce à leurs compositions qui ne ressemblent à aucune autre, mais aussi en s’appuyant sur des clips vidéos réalisés par des metteurs en scène comme Michel Gondry, Spike Jonze ou Roman Coppola.

 

La dimension visuelle joue à égalité avec la création musicale pour Daft Punk : « Au départ, c’était une démarche artistique et idéologique, qui partait du souci de laisser parler la musique et de faire différent », racontaient les deux stars de Daft Punk en mai 2013. En 1997, leur album « Homework » triomphe dans le monde. Pour Daft Punk, l’ambition a toujours été de s’adresser au plus grand nombre et le groupe réussit son pari. Populaire mais pas branché, grand public et surtout pas élitiste : Daft Punk redore le blason de la fameuse « French touch ».

 

Daft Punk : le monde à leurs pieds

L’Europe, le Japon et les Etats-Unis sont séduits. Devant cette déferlante, Daft Punk choisit de prendre son temps. Ainsi que le souligne l’hebdomadaire « Le Point » dans son édition du 25 juillet 2013, « lorsqu’ils repointent le bout de leurs casques en 2001, c’est avec un album pétri d’influences manga.

 

En 2003, Leiji Matsumoto, le créateur d’ « Albator », réaliser, pour accompagner les singles, un dessin animé, « Interstella 5555 ». Des musiciens extraterrestres sont kidnappés par un manager qui veut faire d’eux le plus grand groupe du monde… » Sous contrat avec la maison de disques Virgin, les Daft Punk sont managés par Pedro Winter qui gère leur parcours, diffuse les informations au compte-gouttes et organise la carrière du groupe avec une maestria reconnue de tous.

 

Daft Punk : One More Time

Avec « One more time », « Harder, Better, Faster, Stronger » ou « Digital Love », les tubes se succèdent les uns derrière les autres et résonnent comme de véritables hymnes. La magie de Daft Punk : des voix trafiquées en utilisant toutes les ressources de l’informatique, des synthétiseurs entre musique funk et pop music et des bases rythmiques extrêmement dansantes.  

 


 

« La musique de Daft Punk est gaie, joyeuse, hédoniste et donne du plaisir, note Véra Sintès, critique musicale. Ils utilisent aussi des paroles très simples, que certains ont qualifié de simplistes, et font de leurs refrains des slogans répétitifs et festifs. La nouvelle génération, élevée aux vidéos de MTV, de Facebook et des smartphones, en redemande et adore ce son du XXIème siècle. » En 2006, Daft Punk part à la conquête de l’Amérique et se produit au festival de Coachella, en Californie.

 

Daft Punk : Human after all

Ils ont déjà vendu 6 millions d’albums et même si leur album « Human after all » avait reçu des critiques mitigées, le succès ne se dément pas. Contrairement aux autres rock stars, les Daft Punk optent volontairement pour la discrétion, voire l’anonymat : « On ne croit pas au star system. On veut se concentrer sur la musique et séparer le public et le privé. », disent-ils à un quotidien de Los Angeles à cette époque. Dans les rues de LA, on peut les retrouver, parfois, se promenant dans les rues ou lors soirées où ils se montrent en « civils », sans leurs fameux casques, mais cela reste rarissime.


Daft Punk : deux caques et un logo

Une fois sur deux, ils se font d’ailleurs refouler à l’entrée des discothèques VIP de la cité californienne par des agents de sécurité qui ne les connaissent pas ! Mais Daft Punk n’en a cure. L’essentiel reste leur musique. En 2009, leur disque « Alive 2007 » remporte deux Grammy Awards et le duo réapparaît sur le devant de la scène en 2011 en composant la bande originale du film « Tron Legacy », une superproduction des studios Disney.

 

Dans le plus grand secret, les Daft Punk préparent leur vrai retour avec un nouvel album où sont annoncées les présences de Nile Rodgers, le leader mythique du groupe Chic, de Pharrell Williams, le roi de la R’N’B aux USA et de Giorgio Moroder, le pape du disco dans les années 1970-1980. Le 28 février 2013, une image s’installe sur internet : deux casques, un logo (celui de Columbia, leur nouvelle maison de disques) et une signature.

 

Coiffés de leurs casques et sanglés dans des combinaisons, les Daft Punk reviennent. Avec leur album « Random Access Memories » qui devient rapidement un triomphe planétaire.

Rejoignez notre communauté