Psycho et Sexo
Accueil > 10 clés d’éveil spirituel pour tous

10 clés d'éveil spirituel pour tous

Info & Savoir

Lorsque l’on évoque l’éveil spirituel, diverses pensées nous viennent à l’esprit, des plus classiques aux plus bizarres. Religions, philosophie bouddhiste, yoga ou même sectes et gourous inoffensifs ou non. La démarche reste individuelle mais peut se réaliser avec l’aide d’autrui.

Pour les non-initiés, la démarche d’éveil spirituel reste quelque peu abstraite et ne se fait pas par simple curiosité. Il convient d’avoir déjà développé une volonté de découvrir des réponses à des questions que l’on se pose.

 

Ces questions déboucheront ensuite sur la recherche d’une meilleure connaissance de soi, de l’acquisition d’une nouvelle sagesse. Il s’agit de se lancer dans une exploration de son intériorité, afin de changer et de réussir à être durablement plus heureux, et plus en accord avec soi-même.

 


 

Eveil spirituel : des questions sans réponse

Lorsque l’on s’engage dans une recherche d’éveil spirituel, c’est que des questions sans réponse viennent perturber notre mode de fonctionnement. Elles sont souvent de caractère philosophique et religieux, ou encore scientifique ou psychanalytique. De grandes questions, qui peuvent sembler hors de notre portée mais qui restent essentielles.

 

Telles que « Pourquoi la vie ?, Quid du bien et du mal ?, Comment ne pas être obsédé par la mort ?, Quel sens à ma vie ?, Pourquoi ne puis-je parvenir à mener la vie que je souhaite ?, etc. ». Cela ne concerne bien entendu pas chacun d’entre nous. Il faut être préoccupé par cette recherche, vouloir améliorer ses connaissances, se sentir prêt.

 

La spiritualité telle qu’on l’entend de nos jours n’est pas liée à la religion ni aux croyances. Du moins en théorie. En réalité, plusieurs disciplines se croisent, dont la théologie.

 

Eveil spirituel : une quête d’absolu

Cette quête d’absolu peut prendre des formes totalement différentes. Certains répondent à cet appel alors qu’ils sont encore jeunes, en s’engageant. Une personne peut devenir moine ou religieuse et décide ainsi de répondre à ce questionnement de cette façon. L’engagement religieux quel qu’il soit est en effet possible pour qui en ressent la vocation. Mais l’éveil spirituel ne concerne pas que ce type de profil.

Quelle que soit sa profession, le mal être ou le questionnement peuvent surgir a vingt, quarante ou soixante-dix ans. On sait par exemple que les chercheurs en mathématiques aboutissent souvent à une recherche philosophique. Certains travaillent aussi dans des domaines de prédilection, comme l’astronomie par exemple qui pose des questions telles que l’infinité de l’univers, sa création ou l’unicité de la race humaine.

 

Cependant cette quête qui peut paraître impossible doit savoir rester cohérente et sensée. Un peu comme avec le Graal, il est possible qu’elle ne débouche pas sur la solution miracle, ni le bien-être recherché. Pas d’obligation de résultat dans ce cas bien précis.

 

Eveil spirituel : une démarche intellectuelle d’ouverture

Si cette démarche d’éveil peut concerner tout un chacun, quel que soit son milieu, sa place dans la société ou ses origines, il est clair que cela demande une certaine connaissance de la méthode à adopter ainsi qu’une bonne dose de bon sens. Il n’est pas question de se laisser aller à suivre n’importe quel illuminé parce que l’on est à la recherche de sens.

 

Cela arrive pourtant en particulier avec des jeunes gens vulnérables et qui n’ont pas appris à faire preuve de discernement, ni à penser par eux-mêmes. Le recrutement de ce style de cercles est bien connu et se concentre sur des sujets influençables.

 

S’être renseigné au préalable et avoir déjà une ouverture intellectuelle sur le monde permet de ne pas partir simplement dans le vide, mais avec déjà un bagage de départ, qu’il soit le résultat d’études classiques ou de la simple expérience de la vie. Faire preuve d’ouverture envers de nouvelles cultures, idées, disciplines est indispensable, mais encore faut-il rester dans la limite du raisonnable.

 

Eveil spirituel : prendre le temps

Des questions aussi complexes telles que celles-là peuvent attendre quelques mois. Mieux vaut donc attendre afin d’avoir la capacité d’explorer les voies possibles qui sont proposées. Il est important de prendre le temps d’étudier la question, d’en parler avec des amis ou des personnes qui ont déjà pris ce chemin.

 

Pas de précipitation en ce domaine. Rien ne presse. Il convient aussi de se dire dès le départ que le choix que l’on aura fait en premier lieu ne sera peut-être pas le bon, qu’il faudra le compléter par un autre, et qu’il faudra donc recommencer ailleurs et autrement. Ce peut être le chemin d’une vie, il n’y a donc pas de pression à ressentir.

 

Eveil spirituel : choisir le bon chemin

Le plus délicat est certainement de choisir le chemin que l’on va adopter. Si pour certains, cela est clair dès le début de par leur sensibilité, pour d’autres, il n’y a pas de porte d’entrée visible. Cela prend donc du temps avant de pouvoir concrétiser surtout si l’on ne connaît personne qui puisse assister ou aider dans cette recherche.

 

Il ne s’agit quand même pas de se retrouver en train de battre les tambours pour Krishna sur la grande place de la ville. Philosophie hindouiste, Kabbale, Saint Thomas d’Aquin, le Père de Foucault et bien d’autres peuvent constituer un premier pas vers une recherche globale. Le choix est individuel et il est possible de ne pas trouver la voie la meilleure immédiatement.

 

Eveil spirituel : être libre d’en changer

Lorsque l’on part dans une démarche spirituelle, non seulement il ne faut pas avoir de date butoir en tête, mais il faut accepter que le premier choix que l’on effectue ne corresponde pas à ce que l’on recherche. Il ne s’agit pas ici de changer pour changer, ou par simple curiosité intellectuelle, en effet, le désir n’est pas ici uniquement de s’enrichir intellectuellement, mais de parvenir à un bien-être spirituel, à une meilleure assise dans la vie.

 

Il n’est pas question de parvenir à un bonheur béat, mais d’une progression dans sa façon d’être, de vivre et de ressentir. Il faut donc se sentir totalement libre de changer, de renoncer pour explorer d’autres pistes. Il ne s’agit pas de sectes dont on ne peut sortir, c’est ici le libre-arbitre qui est mis en avant, pour la simple raison que chacun est volontaire. Pas de contrainte dans les centres ou groupes qui pratiquent l’éveil spirituel, bien au contraire, c’est la compréhension qui règne, car le chemin est ardu.

 

Eveil spirituel : ne pas perdre le sens critique

S’engager dans l’éveil spirituel ne doit pas dire embrasser une foi en acceptant tout ce qui se dit. Le sens critique doit rester en éveil. C’est là que l’expérience, mais aussi en partie l’éducation et la culture générale permettent de garder une liberté dans sa façon de penser, ainsi qu’un certain aplomb permettant de remettre en question certains des enseignements, si ceux-ci semblent peu compréhensibles ou inadaptés.

 

Si l’on ne dispose pas de ces outils de départ, la tâche sera plus compliquée et le temps passé à trouver sa voie peut-être plus long, mais garder sa liberté d’esprit est indispensable pour ne pas être entrainé sur des pentes glissantes ou des enseignements quelque peu farfelus. Un peu comme à l’école avec ses professeurs préférés, ou lors du choix d’un psychiatre, il faut trouver la personne adéquate.

 

Eveil spirituel : se familiariser à la méditation

La méditation au sens large est une pratique avec laquelle il convient de se familiariser. Il peut s’agir de méditation pure, de simples temps de réflexion, de prière, même de visualisation, peu importe. Mais il faut agir de façon volontaire et se plonger dans cet apprentissage sans aucune arrière-pensée.

 

Il s’agit d’étudier ces exercices comme un novice, sans arrière-pensée et sans recherche de résultat. Car parvenir à méditer peut prendre du temps. Il convient ensuite de trouver son rythme, certains auront besoin de bien des jours après s’être lancé, d’autres pourront méditer trois à quatre minutes plusieurs fois par jour et se sentir instantanément mieux. Une soupape qui leur permet de vivre mieux les stress quotidiens.

 

La méditation joue un rôle important, y compris physiquement. Les chercheurs ont pu constater que lorsque la personne a l’habitude de pratiquer, cela joue un rôle positif sur le stress et l’anxiété, mais aussi sur la tension artérielle, la diminution des migraines et l’amélioration du sommeil. Des recherches faites sur des moines bouddhistes ont même mis en avant un renforcement du système immunitaire. A condition bien entendu de la pratiquer chaque jour, car cette population a une vie évidemment fort différente du quotidien d’un occidental type.

 

Eveil spirituel : un cheminement sans limites

Lorsque la démarche est entamée, il ne faut pas se donner de limites de temps bien entendu, puisque les progrès sont très subjectifs et individuels. Mais il faut aussi savoir qu’un cheminement spirituel n’a pas de véritables limites. Il se poursuit sans cesse, via des techniques différentes et nouvelles telles que la relaxation, la sophrologie.

 

Il s’agit d’une démarche globale d’épanouissement qui peut aussi utiliser la psychothérapie. Il ne faut pas perdre de vue le fait qu’il existe bel et bien un objectif : le mieux-être, l’apaisement, et la mise en avant de valeurs positives telles que l’amour. Ne pas se poser de limites dans sa recherche ne signifie pas pour autant continuer pour la beauté du geste. Il s’agit simplement de persévérance.

 

Eveil spirituel : penser au corps

Entrer dans une démarche spirituelle ne signifie pas que l’on doive négliger le corps. Il fait partie lui aussi de notre être à part entière. Nous n’avons pas tous pour vocation à devenir ermite ou à jeûner pendant 40 jours. Le yoga fait d’ailleurs travailler les deux aspects. De plus, il n’y a aucune obligation de choisir.

 

En fonction de son tempérament, il sera possible de choisir des voies qui allient physique et esprit, plutôt que des choix totalement intellectuels. La démarche est totalement personnelle, il n’y a donc pas de choix meilleur qu’un autre. A chacun son chemin !

 

Les démarches d’éveil spirituel n’excluent d’ailleurs pas le corps dans leur majorité. En Asie, le corps participe à l’équilibre entre yin et yang, et en Inde, les massages ayurvédiens entre autres participent à un rééquilibrage du corps et de ses mémoires. Chacun a son style d’énergie et peut donc choisir d’inclure l’activité physique dans la démarche. Certains préfèrent ainsi méditer en marchant. Quant à la sexualité, elle n’est pas le moins du monde abolie.

Rejoignez notre communauté